Le pou - Comte de Lautréamont

Le pou - Comte de Lautréamont

17.00 / 20
Publié le 9 janv. 2014 - Donne ton avis

Publié en 1869, « Le pou » est un poème de Lautréamont faisant parti du recueil de textes « Les chants de Maldoror ». Ce poème original présente l’animal éponyme au lecteur et fait la louange de ses actions regrettables sur les hommes. L’absurdité du thème abordé ainsi que l’emploi d’une prose inédite valurent à ce poème la reconnaissance des surréalistes qui trouvèrent chez Lautréamont la plume d’un précurseur.
Photo de profil de Superdoc
Fiche rédigée par
Superdoc
105 téléchargements

Ce document est-il utile ?

17 / 20

Contenu de ce document de Français > Commentaire

Introduction

 

Nous nous attacherons dans l’étude qui va suivre à analyser l’aspect non conventionnel de ce poème dont la situation d’énonciation mais aussi le discours provocateur visent à interpeller le lecteur. Dans une seconde partie, nous nous pencherons sur son esthétique novatrice qui s’appuie sur la démesure et l’absurde.

 

I) Un poème insolite

 

a) Des destinataires sollicités

 

On constate une situation d’énonciation particulière dans ce poème où les pronoms personnels de la première personne du singulier et de la seconde du pluriel sont constamment employés. Le narrateur s’adresse ainsi directement aux lecteurs qu’il sollicite tout au long du texte en ayant recourt à des interjections et à l’emploi de l’impératif : « vous ne savez pas vous autres », « Attendez un instant », « Je vais vous le dire ». Le narrateur mène la danse et manipule le lecteur en l’instruisant sous couvert de prudence pour mieux ensuite le menacer.

 

Maldoror se place dès le début en position de supériorité afin de mieux capter l’attention de ses destinataires. Il ne cesse de les solliciter pour les inviter à s’impliquer et leur faire finalement ressentir l’impact de sa colère.

 

b) Un discours provocateur

 

En dédiant un poème à un animal prosaïque et mal aimé, Lautréamont est dans la provocation. Cette idée se confirme lorsqu’on constate la dimension horrifique et monstrueuse du discours de Maldoror. En effet, le narrateur ne ménage pas les détails écœurants pour décrire l’insatiable appétit du pou. Le poème est ainsi traversé par le champ lexical du corps et de la dévoration : « os » , « tête », « sang », « pompe », « cervelle », « rétine des yeux », « colonne vertébrale » ; « torture »... Sous la plume de Lautréamont, le pou devient un animal effrayant capable de dévorer un cachalot.

 

L’exagération du narrateur qui ne cesse d’insister sur les effets désastreux du travail des poux sur le corps humain relève d’une certaine fascination dans l’horreur. Animal minuscule, le pou revêt les traits d’un animal effrayant que la faim dévorante pousse à la destruction. Mais la provocation atteint son paroxysme avec l’estocade finale du narrateur qui, après de nombreuses mises en garde à l’égard de ses destinataires révèle finalement son plaisir de savoir la race humaine tourmentée par les poux : « N'importe, je suis déjà content de la quantité de mal qu'il te fait, ô race humaine ; seulement, je voudrais qu'il t'en fît davantage. »

 

II) Une esthétique de l’absurde

 

a) L’exagération

 

On constate tout au long du poème de nombreuses exagérations qui défient la logique. La voracité des poux par exemple, est plus que largement accentuée par le narrateur qui leur prête un appétit dépassant toute mesure : « L'éléphant se laisse caresser. Le pou, non. Je ne vous conseille pas de tenter cet essai périlleux. Gare à vous, si votre main est poilue, ou que seulement elle soit composée d'os et de chair. C'en est fait de vos doigts. Ils craqueront comme s'ils étaient à la torture.

 

La peau disparaît par un étrange enchantement. » Mais encore, Maldoror n’hésite pas à affirmer que dans un combat contre un cachalot, le pou gagnerait haut la main : « Malheur au cachalot qui se battrait contre un pou. Il serait dévoré en un clin d'oeil, malgré sa taille. Il ne resterait pas la queue pour aller annoncer la nouvelle »

 

b) Un mélange des registres

 

Plusieurs registres se mêlent et se succèdent dans ce texte, ajoutant à sa dimension absurde. On distingue dans un premier temps la portée informative de ce poème où le narrateur tente de transmettre son savoir sur les poux dans un registre didactique. C’est ensuite au tour du registre merveilleux d’intervenir avec l’allusion à des poux dont la taille de la mâchoire permettrait d’assouvir leur appétit : « Soyez certains que, si leur mâchoire était conforme à la mesure de leurs vœux infinis, la cervelle, la rétine des yeux, la colonne vertébrale, tout votre corps y passerait.

 

Comme une goutte d'eau. ». Le recourt à de nombreuses hyperboles et exagérations relève quant à lui du registre pathétique tandis que la fin du poème verse dans le sarcastique. Le lecteur tour à tour intéressé, amusé ou écœuré est ainsi décontenancé. Ce mélange de registres dans un texte bref crée une esthétique particulière dont la caractéristique principale est de baigner dans l’absurde.

 

Conclusion

 

Ce poème révèle l’originalité de Lautréamont qui, à travers le traitement provocateur d’un thème insolite parvient à captiver le lecteur grâce à un savant jeu d’écriture. La singularité du langage employé ouvre la voie à une esthétique de l’absurde résolument moderne. Il n’est point étonnant que les surréalistes si friands d’associations étranges et d’expressions inédites aient vu dans ce poème l’expression d’une poétique de l’étrange, tournée vers l’affranchissement du langage.

6 commentaires


Mr Someone
Mr Someone
Posté le 10 juin 2016

Merci d'avoir fait un tel travail et de l'avoir rendu disponible

pauline.o
pauline.o
Posté le 7 févr. 2016

Super commentaire qui m'a permit de mieux cerner le sujet et de réussir mon bac blanc

Xifisao
Xifisao
Posté le 14 janv. 2016

De plus il est très complet et le sujet et bien maîtrisé encore une merci !

Xifisao
Xifisao
Posté le 14 janv. 2016

Superbe commentaire composé , je remercie l'auteur de celui-ci ! 

Mxllmimille
Mxllmimille
Posté le 29 déc. 2015

Je vois beaucoup plus clair grace a ce document quant à l'écriture du commentaire composé que j'ai a faire ! Merci 

excelius
excelius
Posté le 9 janv. 2014

Excellent travail et complet. Tout y est ! Bravo pour cette aide précieuse et pour ce livre très intéressant a lire. Merci pour tout.

Il faut être inscrit pour télécharger un document

Crée un compte gratuit pour télécharger ce document

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte