Les nuits blanches - Fidor Dostoïevski

Les nuits blanches - Fidor Dostoïevski

2.00 / 20
Publié le 3 juin 2016 - Donne ton avis

Les Nuits blanches est une nouvelle de Fiodor Dostoïevski, parue en 1848. Le récit se déroule en Russie, à Saint-Pétersbourg, et conte l’histoire d’une rencontre entre un homme, le narrateur, et une femme, Nastenka. La nouvelle se divise en quatre nuits et une matinée durant lesquelles le narrateur tombe éperdument amoureux de Nastenka.

Téléchargez les autres fiches de lecture et cours dans la partie français.
Photo de profil de digiSchool documents
Fiche rédigée par
digiSchool documents
59 téléchargements

Ce document est-il utile ?

2 / 20

Contenu de ce document de Français > Fiche lecture

Partie 1 : Les personnages principaux

  • Le narrateur
  • Le narrateur est un jeune homme d’une vingtaine d’années. Arrivé à Saint-Pétersbourg depuis huit ans, il ne connaît personne. Solitaire et triste, il consacre souvent son temps libre à errer dans les rues et le long de la Neva, où il rencontre Nastenka. Doux, timide et rêveur, il tombe immédiatement amoureux de celle-ci.

  • Nastenka
  • Nastenka est une belle Russe aux cheveux bruns âgée de dix-sept ans. Elle vit seule avec sa grand-mère dans des conditions difficiles. Elle ne peut rien faire sans l’accord de son aînée et en souffre. Elle tombe amoureuse de leur locataire, un séduisant jeune homme russe.


    Partie 2 : Le résumé de l'histoire

  • Nuit première
  • Alors qu’il marche au bord de la Neva, le narrateur aperçoit une jeune femme de dos accoudée à un pont. Elle observe visiblement le cours d’eau avec attention. Il devine qu’elle est brune et sait déjà qu’elle va lui plaire. Il entrevoit son visage et croit entendre des sanglots étouffés venant d’elle. Il s’approche, puis hésite, et commence à passer son chemin, craignant de la déranger ou de se montrer impoli. Quelques mètres plus loin, un homme semblant ivre poursuit la jeune femme. Celle-ci se met à marcher de plus en plus vite. Il court désormais pour la rattraper. Alors qu’il l’atteint, la jeune fille pousse un cri de peur. Le narrateur décide de venir en aide à la jeune femme. Il fait fuir l’homme saoul. Le narrateur est plutôt satisfait que les choses se soient déroulées de la sorte. La situation lui permet de faire connaissance avec la jeune femme sans l’effrayer, tout en lui prouvant qu’il est une personne bienveillante à son égard. Celle-ci lui dit s’appeler Nastenka. Ils sympathisent. Ils conviennent de se retrouver le lendemain à dix heures au même endroit. Le narrateur affirme déjà son enthousiasme à l'idée de la revoir, tandis que la jeune femme se montre plus réservée. En la quittant, le narrateur marche toute la nuit, comblé par le bonheur de sa rencontre avec elle.

  • Nuit deuxième
  • Nastenka et le narrateur se retrouvent à l’heure et à l’endroit convenus. Ils font connaissance. Le jeune homme lui raconte qui il est. Cependant, pour ce faire, il use de la troisième personne du singulier et d’un langage particulièrement recherché qui met parfois mal à l’aise la jeune femme. Elle comprend ainsi qu’il est un homme timide et solitaire, craignant de parler de lui à la première personne. Nastenka entend donc qu’il a vécu plutôt seul et tristement sa vie et qu’il s’était résigné à la continuer de la sorte, jusqu’à leur rencontre. Le narrateur peine à retenir ses sentiments et montre beaucoup d’emphase et de nervosité à se raconter. Il avoue même être béni des dieux d’avoir pu passer deux soirées en sa compagnie et que pour celles-ci sa vie valait la peine d’être vécue. Sur ces paroles, Nastenka décide qu’ils ne se verront pas que deux soirs. La jeune femme semble l’apprécier et lui demande conseil. Il apparaît que, de son côté, Nastenka cherche plus un ami qu’un amant. La jeune Russe lui raconte à son tour son histoire. Elle vit seule avec sa grand-mère dans une atmosphère étouffante. Sa grand-mère, aveugle, l’élève depuis son enfance et à la suite d’un petit mensonge, Nastenka est punie. Elle vit désormais attachée contre sa grand-mère par une épingle à la robe. Les deux femmes accueillent alors un nouveau locataire. Il s’agit d’un jeune homme séduisant et attentionné. Au début, il reste distant, puis il apprend à faire connaissance avec elles. Dès lors que Nastenka l’entend venir frapper à leur porte, elle dégrafe discrètement son épingle, honteuse d’être ainsi attachée à sa grand-mère. Seulement, un jour, elle ne parvient pas à enlever l’épingle suffisamment rapidement et le jeune homme découvre la situation. Il ne dit rien, mais suggère à Nastenka de lire des livres qu’il possède. Leurs échanges deviennent de plus en plus fréquents et séduisent la jeune femme. Il propose habilement aux deux femmes de les inviter à un opéra. La soirée a des allures de conte de fées pour Nastenka qui ne sort presque jamais de chez sa grand-mère. Elle tombe amoureuse du jeune homme. Celui-ci doit partir à Moscou pour un an. Le jour de son départ, elle entre chez lui avec fracas et lui avoue qu’elle veut s'en aller avec lui. Ils se déclarent leur amour mutuel, mais il doit absolument se rendre à Moscou. Le jeune homme lui demande de l’attendre pendant un an. Il reviendra ensuite l’épouser, car sa situation le lui permettra. Depuis, Nastenka l’attend au lieu de rendez-vous qu’ils s’étaient donné : le long de la Neva, là où elle a croisé le narrateur. Elle souhaite connaître son opinion pour savoir comment agir, car son bien-aimé n’est pas au rendez-vous pris un an plus tôt. Le narrateur lui suggère de lui écrire une lettre qu’il remettra par l’entremise de connaissances communes. Elle le remercie. Ils se retrouveront au même endroit le lendemain.

  • Nuit troisième
  • Le narrateur est d’humeur sombre. Il sait Nastenka amoureuse d’un autre. Il la rencontre une troisième fois, et c’est une troisième nuit blanche pour lui. Nastenka commence par le féliciter de ne pas être tombé amoureux d’elle, elle veut croire à l’amitié qu’il lui porte. Lui ne dit rien, mais sait qu’il ne peut s’y résoudre. Le jeune homme dont Nastenka est amoureuse ne vient toujours pas. Elle est effondrée et pleure. Le narrateur la console comme il peut. Elle attendra encore une journée de plus, avec peu d’espoir.

  • Nuit quatrième
  • L’ancien locataire de Nastenka est toujours absent. Elle a le coeur brisé. Le narrateur tente de l’aider. Sentant alors que celui-ci lui porte un amour sincère, elle lui dit qu’elle apprendra à l’aimer, car il est présent pour elle. Ils font des projets. Le narrateur est submergé par la joie en évoquant ces perspectives et ils retrouvent tous deux un peu d’allant. Ils se promettent de vivre ensemble et de se lier. Soudain, ils cessent de rire. Nastenka se met à trembler : elle voit enfin arriver le jeune homme dont elle est éprise. Elle court vers lui et ils s’embrassent. Le narrateur entend le cri de joie de Nastenka et reste figé. Elle revient vers lui, l’embrasse sur la joue furtivement, puis repart vers son bien-aimé. Ils s’en vont, tandis que le narrateur reste immobile.

  • Matin
  • Nastenka a écrit au narrateur. Elle s’excuse et l'implore de ne pas la condamner. Elle souffre pour lui, aurait souhaité pouvoir aimer deux hommes, mais n’y est pas parvenue. Elle le remercie pour son amour. Elle veut le retrouver et qu’il devienne son ami, son frère. Elle se marie la semaine suivante et l’invite tout en lui demandant son pardon. Plutôt que de sombrer dans la rancoeur et l’amertume, le narrateur décide de ne pas assombrir le bonheur qu’il a pu connaître auprès de Nastenka. Il ne voudra jamais entacher le sourire de celle qu’il aime et remercie Dieu de lui avoir offert une pleine minute de béatitude à ses côtés.


    Partie 2 : Le thème abordé

  • Un amour non partagé
  • Le narrateur est épris de Nastenka qui, elle, est amoureuse de son ancien locataire. Elle se lie d’amitié avec le narrateur et espère même tomber amoureuse de lui pour qu’ils se sentent tous deux moins seuls. Cependant, une fois que son amant revient, Nastenka n’hésite pas une seconde. Elle aime un autre homme que le narrateur et ne peut se forcer à l’aimer, malgré toute l’amitié qu’elle lui porte. Beau joueur, plutôt que de lui en garder rancune, le narrateur choisit de savourer les courts instants passés en sa présence.

    1 commentaire


    ismailhhhh
    ismailhhhh
    Posté le 8 juin 2016

    bien

    Il faut être inscrit pour télécharger un document

    Crée un compte gratuit pour télécharger ce document

    Je m'inscrisOU

    J'ai déjà un compte

    Je me connecte