Le structuralisme de claude levi strauss

Le structuralisme de claude levi strauss

Publié le 23 févr. 2011 - Donne ton avis

Le structuralisme. Extrait de Claude LEVI-STRAUSS (1983) Le regard éloigné, Plon, pp. 59-62. - Le structuralisme Le structuralisme en anthropologie se confond avec l’oeuvre de Lévi-Strauss. La méthode structurale est empruntée à la linguistique, plus précisément à la phonologie1 pour la rigueur de ses méthodes. Pour Lévi-Strauss, c’est la seule discipline qui soit parvenue à « formuler des relations nécessaires » (autrement dit qui se donne pour vocation de comprendre comment les choses s’articulent entres elles ). Comme en linguistique, il va falloir délimiter les objets qu’on veut étudier et identifier le « plan de référence » : L’activité inconsciente de l’esprit va organiser des phénomènes en ensembles significatifs homogènes. Lévi-Strauss fait le parallèle entre langue et culture : les faits étudiés vont être interprétables comme des systèmes de signes. Les faits sociaux sont imprégnés de significations : « Les hommes communiquent au moyen de symboles et de signes ; pour l’anthropologie, qui est une conversation de l’homme avec l’homme, tout est symbole et signe qui se pose comme intermédiaire entre deux sujets » (Lévi-Strauss). D’où la spécificité des sociétés humaines : la dimension symbolique de la vie sociale. Les premiers travaux de Lévi-Strauss sont consacrés aux systèmes de parenté. La logique des systèmes de parenté (comme celle des systèmes linguistiques) est le produit d’opérations mentales qui sont inconscientes. Derrière la diversité des cultures se cachent des règles appliquées par toutes les cultures = les structures. Ce qu’inventent les hommes sont en fait des productions de l’esprit humain qui sont inconscientes. On ne va non plus étudier les phénomènes conscients, mais leur infrastructure inconsciente. La structure des systèmes symboliques (système de parenté, etc.) renvoie à des aptitudes humaines universelles, liées aux lois de l’activité inconsciente de l’esprit. Tout l’enjeu du structuralisme consiste à dépasser l’apparence (diversité et relativité des cultures) pour aller vers l’essence (unité de l’homme et universalité de l’esprit humain). - Claude Lévi-Strauss. Né à Bruxelles en 1908. Etudes à Paris. Licence de droit et agrégation de philosophie en 1931. Professeur de philosophie au lycée. Lévi-Strauss va effectuer des missions ethnographiques dans le Mato Grosso (Brésil), et en Amazonie entre 1935 et 1938. Ce sera son seul terrain. Il quitte la France en 1940 pour New-York pour être conseiller culturel auprès de l’ambassade de France aux Etats-Unis jusqu’en 1948. Il rentre ensuite en France et soutient sa thèse « les structures élémentaires de la parenté ». En 1949 il est nommé directeur à l’Ecole pratique des Hautes–Etudes en Sciences Sociales de la chaire des religions comparées des peuples sans écriture. Il est professeur au Collège de France et tient la chaire d’anthropologie sociale de 1959 jusqu’à sa retraite en 1982. Il dirige à partir de 1960 le laboratoire d’anthropologie sociale qu’il a créé, jusqu’à sa retraite. Elu à l’académie 1 = branche de la linguistique qui s’attache à décrire les systèmes de phonèmes en terme de différence et de ressemblance fonctionnelle. Phonème = son du langage. française en 1973. Mythe vivant. Quelques titres : Tristes Tropiques (1958), Anthropologie structurale (1962), La pensée sauvage (1964), Anthropologie structurale II (1975). - Architecture du texte: → 1ère partie : §1 et 2 = Qu’est-ce que la culture ? (de quoi est-elle faite ? Quels sont les rapports entre nature et culture ?). → 2ème partie : §3 et 4 : Les universaux de la culture. → 3ème partie : §5 et 6 = l’exemple des langues (diversité d’expressions mais obéissent à des contraintes universelles). → 4ème partie : §7 et 8 = L’objet de l’ethnologie (découvrir les lois de la pensée et de l’activité humaine). - 1ère partie : Qu’est-ce que la culture ? La culture est faite de règles de conduite dont la fonction échappe aux acteurs : -résidus de traditions. -règles acceptées ou modifiés. Les règles inconscientes sont les plus nombreuses parce que la raison n’est pas la cause de l’évolution culturelle, mais son résultat. De là découle la volonté de mettre fin à l’opposition entre nature et culture. Il n’y a pas de véritable limite entre nature et culture → dépasser l’opposition loi naturelle/règle culturelle, hérédité naturelle/héritage culturel. Lévi-Strauss veut rompre avec l’idée d’un développement de la nature vers la culture. Il s’agit de deux édifices différents dont l’un (la culture) est bâti avec les décombres du premier. Il y a une reprise de certains éléments (communs à l’homme et à l’animal) qui vont être réorganisés pour former la culture. - 2ème partie : Les universaux de la culture. Si la culture est le propre de l’homme, elle doit mettre en scène, au delà de la diversité de ses expressions, le même contenu. La question qui se pose est la suivante : Est-ce qu’il y a des traits communs à toutes les cultures ? Oui, ce sont les « invariants culturels » : religion, mariage, ensevelissement des morts. Mais le constater ne suffit pas. Pourquoi y-a-t-il au sein de ces invariants culturels autant de variations d’une culture à une autre ? Exemple : toutes les sociétés ont le souci des morts, mais observent une diversité de pratiques qui sont parfois contradictoires (cf. texte). Il ne suffit pas de constater qu’il y a des traits communs, mais il faut chercher ce qui unit les hommes au delà de la diversité culturelle. La question que Lévi-Strauss pose : Comment penser à la fois l’universel et le singulier ? En fait les traits communs vont permettre de saisir les structures de l’esprit humain. Il faut aller plus loin que la simple observation des cultures, pour s’interroger sur la condition humaine. Qu’est-ce qui fait l’Homme ? Pour le découvrir, il faut dépasser les singularités culturelles pour découvrir des « lois d’ordre » : les lois universelles qui régissent les sociétés. - 3ème partie : l’exemple des langues. Il y a une diversité des langues du monde sur le plan du phonétisme et de la grammaire, mais derrière cette diversité on retrouve des contraintes universelles. Diversité des langues mais universalité des contraintes. → au niveau du phonétisme (voir texte) → au niveau de la grammaire (voir texte) → au niveau du vocabulaire (voir texte) - 4ème partie : L’objet de l’ethnologie. Lévi-Strauss revient sur ses travaux en anthropologie de la parenté dans lesquels il s’est intéressé aux systèmes avec règle d’alliance préférentielle (aux règles du mariage). Il y a une diversité de règles de mariage (parfois opposées). Mais derrière cette diversité, il y a une contrainte universelle qui est l’échange de femme (au fondement de l’alliance entre les groupes). Ex : La prohibition de l’inceste est universelle, mais les interdits ne concernent jamais systématiquement les mêmes personnes. Pourquoi est-elle universelle ? Parce qu’il s’agit moins d’un interdit que d’une obligation de prendre une femme en dehors du groupe. Les différentes règles de mariage illustrent différentes façons d’échanger, mais un principe de base qui est l’échange (Cf. essai sur le don de Mauss). L’échange constitue le principe même de la vie en société, après il y a différentes façons de l’organiser. Donc une contrainte universelle (l’échange de femme) mais chaque groupe instaure des « modalités variées d’échanges de femmes ». Métaphore du jeu de cartes Il y a un jeu de cartes pour l’humanité. Les cartes sont réparties entre les sociétés. Chaque société disposera donc de cartes qu’elle n’aura pas choisies. Elle va les jouer d’une certaine façon, selon sa stratégie : « avec la même donne, des joueurs différents ne joueront pas la même partie ». Autrement dit, avec les mêmes cartes = plusieurs modalités possibles de jouer (selon la stratégie propre à chacun), mais on ne peut pas jouer non plus n’importe quelle partie car il y a des contraintes communes (la règle du jeu). Il existe un certain nombre de matériaux culturels et différentes structurations possibles de ces matériaux. Ces structurations ne sont pas pour autant illimitées parce qu’elles dépendent de ce que Lévi-Strauss appelle « les lois universelles qui régissent les activités inconscientes de l’esprit » (les règles du jeu). - Conclusion. Lévi-Strauss introduit de nouvelles perspectives pour l’anthropologie : il ne s’agit plus de dresser un catalogue des variations culturelles pour y introduire de l’ordre par la comparaison, mais de contribuer à « une meilleure connaissance de la pensée objectivée et de ses mécanismes ». Quelques critiques : → Pour Georges Balandier, Lévi-Strauss délaisse le changement pour se focaliser uniquement sur ce qui est stable. Or la dynamique n’est pas seulement du ressort de l’accidentel mais concerne la société dans sa totalité (Cf. anthropologie dynamique, prochain texte). → Pour Clifford Geertz , Lévi-Strauss ne laisse pas la parole aux hommes, mais les intègre dans de grandes théories.
Photo de profil de wahmane4
Fiche rédigée par
wahmane4
10 téléchargements

Ce document est-il utile ?

-- / 20

Contenu de ce document de Social > Sciences sociales

Plan :

- 1ère partie : Qu’est-ce que la culture ? - 2ème partie : Les universaux de la culture - 3ème partie : l’exemple des langues - 4ème partie : L’objet de l’ethnologie Quelques critiques

1 commentaire


Manatee
Manatee
Posté le 27 nov. 2014

Merci

Il faut être inscrit pour télécharger un document

Crée un compte gratuit pour télécharger ce document

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte