Fiche de lecture : Phénoménologie de la perception, Maurice Merleau-Ponty

Fiche de lecture : Phénoménologie de la perception, Maurice Merleau-Ponty

1.00 / 20
Publié le 31 mars 2014 - Donne ton avis

Dans son Avant-Propos, le philosophe rappelle que la phénoménologie doit décrire le fait natif de la perception et non pas l'expliquer comme le fait la science. Il faut donner un statut philosophique à notre contact avec le monde, pour cela il faut montrer en quoi "je ne suis pas le résultat ou l'entrecroisement des multiples causalités qui déterminent mon corps ou mon psychisme".


Réveiller "l'expérience du monde" et "revenir aux choses-mêmes", voilà le but de la phénoménologie. Au lieu de partir de qualités abstraites (comme l'étendue, ou la couleur) pour comprendre le monde objectif ainsi que l'ont fait les philosophes intellectualistes, la phénoménologie part de la situation de l'homme pris dans le monde.

Photo de profil de Superdoc
Fiche rédigée par
Superdoc
57 téléchargements

Ce document est-il utile ?

1 / 20

Contenu de ce document de Social > Philosophie

Plan :

I - Résumé

L'Introduction analyse quatre catégories :

  • la sensation : en s'appuyant sur les recherches de la théorie de Gestalt, Merleau-Ponty montre que ce qu'on perçoit se détache comme figure signifiante sur un fond. Toute qualité déterminée, qu'elle soit psychologique (l'attention) ou physiologique (la perception de la couleur) n'est que le fruit d'une reconstruction a posteriori.

  • l'association et la "projection des souvenirs" : la perception d'une tache rouge, par exemple, fait appel à un halo d'expérience qui fait que d'emblée la tache porte une signification. Je ne la construis pas artificiellement par associations de ressemblances, c'est au contraire la chose même qui est condition de mes associations. Si on construit la perception avec un découpage analytique des "états de conscience", il n'y a plus "personne qui voit".

  • l'attention et le jugement : loin d'en résulter, une perception éveille l'attention. L'attention comme "activité formelle" de la conscience n'existe pas. La conscience articule d'une façon nouvelle les données préexistantes "en les prenant pour figures". De même pour le jugement : il n'est pas premier. Ce qui est premier, c'est "l'opération d'un sens qui imprègne le sensible". Pour Merleau-Ponty, "percevoir ce n'est pas juger, c'est saisir un sens immanent au sensible avant tout jugement". La perception n'actionne pas des catégories abstraites comme le "vrai" ou "l'être". La notion de motivation sera plus efficace que celle de jugement.

  • le champ phénoménal. Il n'est pas un "monde intérieur". Il est "le lieu familier de notre vie". Merleau-Ponty réintroduit en lui l'affect et la volonté, que les philosophies intellectualistes avaient oubliés.

II - Analyse

Le philosophe engage le dialogue critique avec les philosophies intellectualistes et empiristes, ainsi que leurs prolongements psychologiques corrélatifs, analysant des exemples pris en laboratoire, notamment parmi les pathologies de la perception. Il défend sa thèse : L'homme en situation est dans un monde déjà-là qui ne se re-construit pas, il y apporte son intentionnalité signifiante. L'expérience du monde et la connexion des expériences que donne la dimension intersubjective, voilà ce que doit décrire le philosophe.


Le philosophe reprend à Descartes l'analyse du morceau de cire et montre que celui-ci a ici une approche "scientifique", donc seconde, qui n'a rien à voir avec la perception ordinaire que Merleau-Ponty veut décrire.


Approfondissant certaines vues de Kant, Husserl, Sartre, il veut comprendre "le jaillissement de la raison dans un monde" que l'homme n'a pas fait, le champ du "monde vécu". Pour cela il analyse cette "possession préconsciente du monde" qu'est la perception, et aborde le continent nouveau d'un cogito pré-réflexif.

III - Biographie de l'auteur

Né à Rochefort en 1908 et mort à Paris en 1961, Maurice Merleau-Ponty est un grand philosophe français. Agrégé de philosophie, il enseigne quelques années cette matière. En 1945, il a déjà publié deux ouvrages fondamentaux : La structure du comportement,et La phénoménologie de la perception.


Il a influencé de nombreux philosophes, ainsi que des historiens (comme Ricoeur) et sociologues (comme Bourdieu).


1 commentaire


Morane zèd
Morane zèd
Posté le 21 oct. 2014

tout simplement génial ce document sur la perception. J'ai hâte d'en découvrir le contenu

Il faut être inscrit pour télécharger un document

Crée un compte gratuit pour télécharger ce document

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte