Sur le prolongement de la vie et les moyens de mourir, Francis Bacon - Résumé

Sur le prolongement de la vie et les moyens de mourir, Francis Bacon - Résumé

Publié le 9 févr. 2015 - Donne ton avis

Sur le prolongement de la vie et les moyens de mourir est un essai scientifique écrit par Francis Bacon. Il s’agit d’un texte inachevé, écrit entre 1611 et 1620. Les brouillons de ce texte ont été récupérés dans les années quatre-vingt à Chatsworth House, en Angleterre, au sein d’un manuscrit intitulé De Vijs Mortis, et de Senectute Retardanda, atque Instaurandis Viribus, Sur les moyens de mourir, de retarder la vieillesse et de restaurer les forces vitales.

Bacon y traite principalement, sous forme de prose scientifique empirique et de développement de plusieurs aphorismes, de la dégradation des corps animés et inanimés.

Photo de profil de digiSchool documents
Fiche rédigée par
digiSchool documents
9 téléchargements

Ce document est-il utile ?

-- / 20

Contenu de ce document de Français > Fiche lecture

• Partie 1 - Les différents aphorismes
Aphorisme 1
« Plus l’esprit est divisé finement dans le corps, plus le corps s’avère être durable. »
Bacon cite notamment les métaux. Le temps a peu d’effet sur leur dissolution, en raison de la prédominance de leurs parties épaisses. Il abonde également avec les exemples de la gomme, du bois, de l’huile, de l’eau, etc.
[...]

Aphorisme 2
« Les esprits inégalement distribués dans le corps hâtent la dissolution de la chose, également répandus, ils la retardent. »
Dans le cas où les esprits sont répartis de manière égale dans un corps, la dissolution devient plus longue, car ils sont comprimés. En revanche, la dissolution est accélérée lorsque les esprits sont intégrés de façon disparate.
[...]

Aphorisme 3


Aphorisme 4
Bacon divise en trois les parties les plus épaisses des corps.
[...]

Aphorisme 5
« Les esprits adventices qui s’attachent légèrement à un corps corrompent les esprits innés et immergés de la chose, les stimulent et les préparent à sortir, et, pour cette raison, accélèrent la dissolution de la chose. »
[...]

Aphorisme 6
Bacon résume ici l’une des principales affirmations de cet ouvrage : « L’esprit échappé dessèche le corps ; l’esprit retenu le liquéfie, mais ni celui qui s’échappe ni celui qui est retenu ne le vivifie et produit des membres. »
[...]

Aphorisme 7

Aphorisme 8
« L’esprit est moins importun et avide une fois son travail accompli que lorsque celui-ci est en cours et avant la maturité, il en résulte que les choses se conservent mieux en leur état. »
Parlant des corps inanimés qui furent précédemment vivants, le scientifique propose les exemples de plantes, ainsi que de fruits comme les pommes, les pêches ou les grenades.
[...]

Aphorisme 9
« L’esprit supporte mal d’être divisé et d’être détruit, sauf de manière qui lui corresponde. Ainsi, les revêtements et un étui externe ralentissent la dissolution de la chose. »
Pour garder les choses en l’état, rien ne doit faciliter la fuite de l’esprit.
[...]

Aphorismes 10 et 11

Aphorisme 12
Bacon y aborde notamment les actions des corps rapprochés sur les choses. Ces facteurs extérieurs peuvent se révéler plus ou moins forts, en harmonie et actifs envers la matière.
[...]

 


3 commentaires


mb.astric
mb.astric
Posté le 9 août 2015

Superbe....

drigo2256
drigo2256
Posté le 6 juil. 2015

j'aime

sadak
sadak
Posté le 9 févr. 2015

merci pour le partage

 

Il faut être inscrit pour télécharger un document

Crée un compte gratuit pour télécharger ce document

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte