Une mort très douce, Simone de Beauvoir

Une mort très douce, Simone de Beauvoir

Publié le 5 mai 2014 - Donne ton avis

Née en 1908 à Paris et morte en 1986 dans cette même ville, Simone de Beauvoir est une romancière et philosophe française qui a partagé la vie de Jean-Paul Sartre.


Bien connue pour ses romans, tels que "Tous les hommes sont mortels" ou encore pour ses fameuses "Lettres à Sartre", Simone de Beauvoir était également une figure importante du féminisme, très active dans les années 70.


Dans son roman autobiographique "Une mort très douce", Simone de Beauvoir aborde le thème de la perte d'une mère.

Photo de profil de Superdoc
Fiche rédigée par
Superdoc
24 téléchargements

Ce document est-il utile ?

-- / 20

Contenu de ce document de Français > Fiche lecture

Plan :

I. Les personnages principaux

Simone de Beauvoir, la narratrice

Simone de Beauvoir, philosophe et écrivain athée et renommée assiste, impuissante, à la mort de sa mère. Elle se considère un peu comme son « fils » dans la mesure où elle l’aide financièrement.


Poupette, la sœur de Simone

La sœur de Simone, qu’elle appelle Poupette, soutient elle aussi leur mère dans cette fin de vie. Simone de Beauvoir explique en quoi les relations de Poupette avec leur aînée sont plus simples.


Françoise, leur mère

Leur mère est une femme catholique qui montrera dans les trois derniers mois de sa vie des aspects que Simone n’avait pas forcément soupçonnés.

II. Le résumé de l'histoire

Françoise de Beauvoir est âgée, elle a 78 ans, mais elle se maintient malgré tout avec une certaine vigueur. Depuis la mort de son époux, elle a entrepris des études, puis travaillé. Un jour, elle tombe. Elle se casse le col du fémur.


Qui plus est, elle a montré quelques jours auparavant des signes de douleurs abdominales. Une radio a décelé une poche dans les intestins que les médecins ont immédiatement relativisée. Un professeur appelle Simone et lui avoue que sa mère a un cancer de l'intestin grêle.


Simone est régulièrement soutenue par Sartre. Poupette et Simone savent que leur mère est condamnée. Françoise de Beauvoir navigue ainsi comme elle peut entre des moments d’intenses souffrances et d’autres plus apaisés où elle s’entretient avec ses filles.


Plusieurs fois, les deux soeurs pensent que c’est la fin, mais Simone imagine qu’il est ardu de mourir quand on aime autant la vie que sa mère. Une nuit, Simone reçoit un appel l’informant qu’elle n’a plus que quelques minutes à vivre. Simone de Beauvoir termine le roman par une réflexion sur la mort des hommes. Elle la décrit comme une violence qu’ils subissent et ne choisissent pas.

III. Le thème abordé

À travers ce roman, Simone de Beauvoir relate les derniers jours de la vie de sa mère. L’écrivain conserve toutefois son esprit critique pour aborder la qualité du travail des infirmières et l’obstination des médecins. Beauvoir s’interroge d’ailleurs à la fin de l’ouvrage sur le sursis d’un mois qu’ils ont pu offrir à leur mère.


L’auteur explique également à quel point les derniers mois de son aînée l’ont bouleversée. C’est la constatation de l’incroyable force du lien mère-fille, dont elle réalise pleinement l’ampleur quand la mort rappelle sa mère.


2 commentaires


Darkantone13
Darkantone13
Posté le 4 févr. 2016

désolé mais je ne mettrais  pas plus de 10/20.

 

isabelleliu
isabelleliu
Posté le 29 nov. 2014

merci de partager !!!

Il faut être inscrit pour télécharger un document

Crée un compte gratuit pour télécharger ce document

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte