Estimation de la fonction des réserves de change

Estimation de la fonction des réserves de change

Publié le 18 avr. 2011 - Donne ton avis

Avec l'expansion qu'a connu le commerce mondial, Les économies ne pouvaient plus rester en autarcie et se sont vu contraintes de commercer, d'échanger des biens et des services entre eux. Ces pays engagés dans le commerce extérieur possèdent également leur propre monnaie qu'ils gèrent en fonction de leurs objectifs économiques intérieurs. Cette monnaie est considérée comme un intermédiaire dans les échanges, elle sert à accumuler la valeur d'échange de toutes les marchandises y compris la monnaie elle-même. La conversion d'une monnaie et la détention des réserves de change s’avèrent donc indispensables pour procéder à un échange dans le cas d'une importation ou d'une exportation pour procéder à un échange dans le cas d'une importation ou d'une exportation, En effet, le niveau des réserves de change mondiales s’est fortement accru au cours de la dernière décennie, entre début 1995 et fin 2005, pour atteindre le niveau de 4 000 milliards de dollars en septembre 2005 et 5 000 milliards début 2007,Selon le Fonds monétaire international (FMI). Le rythme d’accroissement de ces réserves s’est de plus accéléré sur la période, essentiellement sous l’influence de l’Asie qui regroupe aujourd’hui huit des dix pays possédant le plus de réserves au monde avec, en premier lieu, le Japon, la Chine et le Taïwan. Ces dix pays ont compté pour environ 80 % de l’accumulation de réserves dans les années deux mille. Notamment pour le cas du Maroc les réserves extérieures se sont accrues de 4 milliards de dollars en 2007 pour s'établir à 24 milliards de dollars à la fin de l'année. Sur le plan empirique, il existe plusieurs études traitant la question du niveau de réserves de change ainsi que son estimation ; les modèles VAR et VECM sont désormais , le cadre méthodologique le plus approprié pour l’estimation du niveau de réserves optimal. Cependant, les études analytiques et empiriques portant sur la question du niveau de réserves de change au Maroc, utilisant ces nouvelles techniques économétriques, sont rares ou ne sont pas publiées. Dans ce travail, notre objectif est d’essayer d’estimer une fonction de réserves de change au Maroc, ceci en suivant la démarche suivante : Après une brève présentation de l’organisme d’accueil, particulièrement le département de la Recherche, on va présenter dans le premier chapitre une revue de littérature théorique concernant les marchés monétaire et de change ainsi que le système monétaire international pour passer, ensuite, au deuxième chapitre pratique qui présente des techniques récentes en matière d’analyse des séries chronologiques : les modèles VAR standards et les modèles vectoriels à correction d’erreur, ainsi que leurs propriétés (estimations des paramètres, du nombre de retard, prévisions…). Enfin nous essaierons d’élaborer dans un dernier chapitre un modèle Vectoriel à Correction d’Erreur (MVCE) et l’on présentera les résultats et les interprétations.
Photo de profil de zineb.a
Fiche rédigée par
zineb.a
23 téléchargements

Ce document est-il utile ?

-- / 20

Contenu de ce document de Commerce > Economie

Plan :

Chapitre I : Revue de littérature théorique Chapitre 2:Etude empirique de la demande des réserves de change chapitre III: interprétation

Il faut être inscrit pour télécharger un document

Crée un compte gratuit pour télécharger ce document

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte