Les deux amis ou le négociant de Lyon - Beaumarchais

Les deux amis ou le négociant de Lyon - Beaumarchais

Publié le 2 juin 2016 - Donne ton avis

Les Deux Amis ou le Négociant de Lyon est une pièce de Pierre Augustin Caron de Beaumarchais qui a été jouée pour la première fois en 1770. Le récit se déroule à la même époque, à Lyon, dans une maison bourgeoise. Il met en scène l’altruisme et la discrétion d’amis proches faisant face à des difficultés financières.

téléchargez toutes les fiches de lecture dans la partie français.
Photo de profil de digiSchool documents
Fiche rédigée par
digiSchool documents
20 téléchargements

Ce document est-il utile ?

-- / 20

Contenu de ce document de Français > Fiche lecture

Partie 1 : Les personnages principaux

  • Aurelly
  • Aurelly est un riche négociant de Lyon. Il prétend être l’oncle de Pauline, mais, en fait, il est son père. Il a confié l’éducation de Pauline à son grand ami Mélac père.

  • Pauline
  • Pauline est la nièce/fille d’Aurelly. Elle a été élevée chez les Mélac. Le fils Mélac, qui a grandi avec elle, en est devenu amoureux. Pauline a le coeur bon et plaît grandement, mais il est difficile de savoir quel homme elle souhaite choisir.

  • Melac Père
  • Mélac père est le fidèle ami d’Aurelly. Il s’est occupé de l’éducation de Pauline et travaille comme receveur général.

  • Mélac Fils
  • Mélac fils est un jeune homme souhaitant le meilleur pour son père. Il est épris de Pauline.

  • Saint-Alban
  • Saint-Alban est un fermier général. Par amour pour Pauline, il ira jusqu’à proposer de se compromettre professionnellement pour obtenir sa main.

  • Dabins
  • Dabins est un agent comptable. Il informe Mélac père des ennuis financiers inattendus d’Aurelly.

  • André
  • André est un domestique.


    Partie 2 : Le résumé de l'histoire

    Mélac fils aime Pauline, mais ignore qu’elles sont les sentiments de celle-ci à son égard. Il souhaite ardemment qu’elle partage sa passion. Ils ont tous deux été élevés ensemble et, désormais, il est devenu un homme qui rêve de l’épouser.

    Mélac père s’entretient avec Dabins. Ce dernier lui fait part d’un secret qu’il lui demande d’annoncer à Aurelly. Aurelly est riche, mais il a des emprunts importants. Son argent, géré chez un ami parisien, lui permettrait de les rembourser. Cependant, cet ami vient de mourir et ce décès entraîne le blocage complet des sommes. Ainsi, par le fruit du hasard, Aurelly ne peut procéder à la régularisation de ses dettes.

    Mélac père est déconfit. Il craint, comme le lui affirme Dabins, que cette nouvelle désespère son ami et qu’il n’y survive pas. Aurelly possède des valeurs sur lesquelles il n’acceptera pas de transiger. L’honnêteté à rembourser les montants qu'il doit en fait partie.

    Lors d’une conversation avec Aurelly, il essaie de lui évoquer le cas d’une personne qui serait bien embarrassée de ne pouvoir acquitter ses dettes. Aurelly monte sur ses grands chevaux et fustige une telle attitude. Mélac père tente de lui glisser que cette incapacité pourrait provenir d’un malheur complètement indépendant de celui qui ne pourrait satisfaire ses créanciers. Aurelly n’en a cure. Pour lui, peu importe qu’un homme soit responsable ou non de ce fait. Il condamnerait celui-ci quoi qu’il en soit. Mélac père demande à Aurelly ce qu’il en serait si un tel malheur venait à toucher un ami à lui. Aurelly répond qu’il serait son juge le plus sévère. Cet échange amène Aurelly à penser que Mélac père rencontre peut-être les problèmes qu’il lui a évoqués. Du côté de Mélac père, les craintes concernant la réaction d’Aurelly s’avèrent fondées.

    Mélac s’interroge longuement pour définir comment aider son ami. Il ne dispose pas des moyens de procéder aux remboursements à sa place et il sait qu’Aurelly ne pourra supporter d’apprendre la nouvelle. Il s’entretient avec Dabins. Pourtant honnête homme, il décide pour épargner son ami de détourner de l’argent des sommes qu’il reçoit dans le cadre de sa fonction de receveur général.

    La situation se complique encore avec l’arrivée de Saint-Alban, le fermier général chargé d’inspecter la régularité des comptes de chacun. Il découvre que Mélac père a détourné de l’argent. Mélac père refuse obstinément d’expliquer ses actes. Aurelly s’en mêle et est outré par le comportement de Mélac père. Ce dernier parvient à ne pas révéler de quoi il retourne devant celui qu’il admire, à qui il porte un profond respect et, surtout, qu’il protège en agissant de la sorte.

    Mélac fils assiste à la scène et ne saisit pas pourquoi son père se comporte de cette manière, mais il le défend avec fougue face à Aurelly. Il craint par ailleurs que sa propre attitude envers Aurelly ne compromette ses chances d’épouser Pauline.

    Aurelly ne comprend pas la réaction de son ami. Pauline lui affirme qu’elle est certaine qu’il est motivé par une saine intention. Elle connaît bien les Mélac et prend leur défense, avec justesse. Aurelly raconte pour la première fois à Pauline qu’il a conservé de l’argent pour une fille qu’il a eu et dont personne ne sait l’existence, car cet enfant est né d’un amour interdit. Pauline suggère de demander l’argent à cette jeune femme. Aurelly lui avoue qu’elle est la jeune fille en question. Pauline est émue, car elle aime profondément celui qu’elle croyait être son oncle. Elle est finalement heureuse d’être sa fille et avance ainsi de donner son argent aux Mélac. Aurelly est ravi et fier d’observer la bonté de celle-ci. Il rencontre Saint-Alban pour le convaincre de payer lui-même ce qu’il croit être la dette de Mélac père et régulariser sa situation financière. Saint-Alban, tout aussi épris de la jeune femme, propose un marché secret à Aurelly. Il demande en mariage Pauline et suggère qu’il pourrait fermer les yeux sur ces arrangements en cas d’acceptation. Aurelly explique qu’il doit en préalable en parler à Pauline.

    Pauline semble apprécier Mélac fils, mais aussi Saint-Alban. Mélac fils, pensant la perdre, affirme publiquement son amour pour elle et accuse Saint-Alban de perfidie pour vouloir prendre sa main.

    La situation se dénoue, car Aurelly croit recevoir un courrier de son ami parisien contenant les bons du montant. Saint-Alban lui avoue qu’il ne comprend pas, car cet ami vient de décéder. Dabins admet auprès d’Aurelly que cet argent vient en fait de Mélac père. Le négociant saisit pourquoi Mélac père a agi de cette manière. Il est ému par les risques pris par celui-ci pour le protéger. Pauline est heureuse d’avoir eu une bonne intuition et se jette aux pieds de Mélac père pour le remercier...


    Partie 2 : Le thème abordé

  • L'amitié
  • Avec cette pièce, Beaumarchais valorise les qualités développées par les personnages pour veiller sur leurs amis : affection, respect, générosité et don de soi. Tant Aurelley que Mélac père sont prêts à se mettre en danger financièrement pour se secourir l’un l’autre. Mélac père ira même jusqu’à accepter de sacrifier son honneur sans en dire un mot pour aider son ami, en toute discrétion.

    1 commentaire


    cheikhniame
    cheikhniame
    Posté le 22 nov. 2016

    Mieux vaut prévenir que guérir.

    Il faut être inscrit pour télécharger un document

    Crée un compte gratuit pour télécharger ce document

    Je m'inscrisOU

    J'ai déjà un compte

    Je me connecte