La conscience et l'hypothèse de l'inconscient

La conscience et l'hypothèse de l'inconscient

12.00 / 20
Publié le 25 juil. 2008 - Donne ton avis

La conscience et l’hypothèse de l’inconscient.Si le mot conscience nous est familier, c’est parce qu’il désigne ce dont nous faisons tous l’expérience. De fait, nous expérimentons la conscience de deux manières : d’une part, comme ce par quoi nous jugeons de la valeur de nos actions, c'est-à-dire comme une voix intérieur qui nous dicte le bien et le mal.


Nous lui donnons le nom de « conscience morale » d’autre part, cette grâce à quoi on sait que l’on est. On parlera en ce sens de conscience psychologique ; la conscience étant ici liée non à l’action mais à la pensée.


Dès lors, la question est de savoir si avoir conscience, c'est-à-dire, savoir que l’on est, s’est savoir qui l’on est. En d’autres termes : que nous apprend la conscience sur nous-même ? La conscience suffit elle à se comprendre soi-même ?Le problème qui apparaît ici est celui de la maîtrise de soi, et par delà celui de la liberté et du déterminisme. Bref, sommes nous libre ou déterminé ?

Photo de profil de Kyotoweb
Fiche rédigée par
Kyotoweb
407 téléchargements

Ce document est-il utile ?

12 / 20

Contenu de ce document de Social > Philosophie

La conscience et l'hypothèse de l'inconscient


I - L'inconscient au sens topique :Il semblerait que les données de la conscience soient en réalité extrêmement lacunaire et que par conséquent, la conscience ne peut suffire à se connaître soi-même. Ce que révèle la psychanalyse, c’est qu’il existe en nous des pensées à la fois inconsciente et efficiente, c'est-à-dire dynamiques, qui, bien qu’inconscientes, produisent un effet sur notre emportement conscient. Ces pensées, Freud les appellent des actes psychiques.


II - Le déterminisme de la censure : La liberté paraît n’être qu’un leurre. Pourtant, nous avons en nous un certain sentiment de liberté. Comme l’écrit Descartes dans les principes de la philosophie : « notre liberté se connaît sans preuve, par la seule expérience que nous avons ». Sauf que cette expérience pourrait bien être trompeuse. En effet, les hommes ne seraient en réalité pas libre, mais croirai l’être parce qu’ils ignorent l’ensemble des causes qui les poussent à penser et à agir comme ils le font. C’est ce qu’énonce Spinoza.


5 commentaires


rené21
rené21
Posté le 10 mars 2016

bien organisé, ce travail! bravo

rené21
rené21
Posté le 10 mars 2016

bien organisé, ce travail! bravo

Dergile
Dergile
Posté le 18 juin 2015

Bien

Dergile
Dergile
Posté le 18 juin 2015

Bien

Sl3vin
Sl3vin
Posté le 17 oct. 2008

merci ca me completera mes cours de philo bien que j'ai un peu de mal à determiner exactement les differents problemes.

Il faut être inscrit pour télécharger un document

Crée un compte gratuit pour télécharger ce document

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte