Capitalisme et société industrielle à la conquête du monde

Capitalisme et société industrielle à la conquête du monde

20.00 / 20
Publié le 15 janv. 2014 - Donne ton avis

Le milieu du XIXème a vu l'avènement de la révolution industrielle. Une mutation s'opère progressivement dans le secteur de la production qui va passer du modèle agraire et artisanale à celui du commerce et de l'industrie.  
Photo de profil de Superdoc
Fiche rédigée par
Superdoc
16 téléchargements

Ce document est-il utile ?

20 / 20

Contenu de ce document de Commerce > Economie

Introduction

 

Le milieu du XIXème a vu l'avènement de la révolution industrielle. Une mutation s'opère progressivement dans le secteur de la production qui va passer du modèle agraire et artisanale à celui du commerce et de l'industrie.

 

Au milieu du XXème siècle l'hégémonie de ce système, dit industriel ou capitaliste, n'est plus à démontrer. Celui-ci est devenu le modèle international de la production et des échanges de biens et services. Quels sont les enjeux économiques, politiques, scientifiques, historiques et sociaux du capitalisme ? Telle sera la problématique développée dans le cadre de notre travail.

 

Dans un premier temps nous ferons état des caractéristiques économiques au fondement du système capitaliste. Par la suite, nous considérerons l'évolution que le capitalisme a connu au cours des deux derniers siècles à l'aune des diverses crises et protestations qui ont jalonné son histoire. Enfin, nous nous intéresserons aux bouleversements sociaux et culturels qu'il a entrainés dans son sillage.

 

I) Le modèle du capitalisme industriel

 

1. Principes économiques

 

Le système capitaliste est construit sur le fondement d'une économie dont les moyens de productions sont assurés par des capitaux financiers et matériels privés. Ce modèle est soutenu par le principe du libre-échange commercial qui se traduit dans les faits par un allégement, voire par une suppression, des barrières douanières tarifaires et non tarifaires. Le marché ainsi mis en place est soumis à la concurrence entre les divers agents économiques qui le composent.

 

Un renforcement du système des banques de crédits et d'investissements ouvre à l'élargissement des potentiels agents économiques dudit système.

 

Autre procédure visant à la compétitivité, la création, dès 1850, de sociétés par actions. Ce sont des entreprises ouvertes aux capitaux de divers agents économiques dont les parts se répartissent en actions achetables ou vendables au sein d'une institution dite boursière. Celle-ci ayant à charge de garantir la juste régulation du marché économique.

 

2. Innovations techniques

 

Ces principes économiques favorisant la prise d'initiative, principes aux fondements de la doctrine dite du libéralisme, s'accompagnent d'une quête continue du progrès technique qui puisse assurer une amélioration et une augmentation des moyens de production.

 

Dès sa mise en place, le modèle capitaliste va entrainer un développement des secteurs de la métallurgie et de la sidérurgie, ainsi que celui de l'exploitation de nouvelles formes d'énergie comme l'électricité et le pétrole. Le métro, le tramway, la télégraphie ou encore l'automobile sont autant de démonstrations du génie industriel déployé à cette époque.

 

Les innovations de l'ère industrielle sont aussi de mise dans l'organisation du travail. A partir de 1908, le fordisme, du nom de son inventeur John Ford (1863-1947), va par exemple révolutionner le domaine de l'industrie automobile. La production en série et le travail à la chaîne, dans lequel chaque ouvrier est chargé d'une tache unique et élémentaire, deviennent alors les standards de rendement d'une activité qui s'ouvre ainsi aux employés non-qualifiés.

 

II) Les entraves au capitalisme

 

1. Les crises financières

 

Malgré l'hégémonie du système capitaliste aux cours de la période allant du milieu du XIXème siècle au milieu du XXème siècle, celui-ci a rencontré divers obstacles à son ascension.

 

La croissance de la production industrielle a ainsi été victime de son succès. Les entreprises n'arrivent plus à écouler leurs marchandises, et les marchés boursiers se livrent à de trop nombreuses spéculations financières. La crise de la la grande dépression (1873-1896) et surtout la crise du krach boursier de 1926 vont entrainer diverses déflations et une montée considérable du chômage.

 

Il faudra l'intervention étatique, notamment aux États-Unis lors de la crise de 1926 avec l'institution d'un plan de redressement dénommé New Deal, et une série de réformes et d'aides, pour préserver l'efficience du système capitaliste.

 

2. Les mouvements contestataires

 

Une seconde entrave au système capitaliste se matérialise à travers les opposants à l'idéologie du libéralisme. La paupérisation des milieux ouvriers va conduire ces derniers à se rassembler en syndicats afin de défendre leur droit à de meilleures conditions de travail et de vie.

 

Entre autres, les syndicats luttent pour que l'état vienne légiférer sur l'organisation et l'aménagement du travail et des rémunérations. En France le droit de grève est ainsi instauré en 1864, puis la liberté syndicale en 1884.

 

Ailleurs, l'économiste et historien Karl Marx va théoriser sur la société industrielle par le biais notamment du concept de la « lutte des classes ». Marx travaille à la suppression des frontières entre les tenants des capitaux et la classe ouvrière qu'il dénomme alors le prolétariat. C'est le courant idéologique et politique du communisme qu'il initie ainsi, désirant substituer au modèle capitaliste celui d'une propriété collective des biens de productions régi par les valeurs d'égalité et de justice entre les hommes.

III) Les bouleversements sociaux et culturels de l'ère industrielle

 

1. Les mutations des paysages urbains et ruraux

 

L'ère industrielle est marquée par une forte augmentation de la population urbaine du fait d'un important exode rural. Les innovations techniques ont envahi le secteur de l'agriculture, le travail des hommes est en partie pris en charge par la machine, nombre de paysans se rendent alors vers la ville afin de trouver du travail au sein des usines.

 

S'adaptant à cette arrivée massive d'individus et aux exigences d'un marché toujours plus enclin à la rapidité des flux, le paysage des villes se transforment considérablement. De grandes avenues se construisent, favorisant ainsi la circulation des automobiles; ou encore des immeubles s'érigent en masse pour procéder à une meilleure gestion des espaces. Des banlieues ouvrières voient le jour, et leur insalubrité contraste avec le luxe des quartiers ou s'est installée la population bourgeoise.

 

2. Les mutations des pratiques socioculturelles

 

La bourgeoisie, principalement composée de patrons d'entreprises ayant fait fortune, va par ailleurs peu à peu imposer ses valeurs aux classes moyennes de la population (avocats, médecins, ingénieurs, et autres fonctionnaires). La religion chrétienne, le patriarcat, l'idéologie du libéralisme, ou encore la vertu du travail associée à la quête d'ascension sociale, deviennent dès lors un véritable mode de vie.

 

Une société dite de consommation va se pérenniser. Dans le courant du XXème siècle, avec l'ouverture de grands magasins et l'accès, par un système de crédits, à la propriété, à l'achat d'automobile, ... les foyers moyens vont pouvoir accéder aux innovations techniques jusqu'ici réservées aux classes les plus aisées.

 

Le secteur du loisir est lui aussi en pleine expansion. L'allongement du temps libre, notamment en France avec la loi de 1936 concernant les congés payés, et l'instauration de loisir de masse tels que le cinéma au le monde du sport-spectacle, vont ainsi modifier foncièrement les habitudes et pratiques des populations.

1 commentaire


lidigg
lidigg
Posté le 15 janv. 2014

Merci pour ce cours bien intéressant sur le capitalisme !

Il faut être inscrit pour télécharger un document

Crée un compte gratuit pour télécharger ce document

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte