Commentaire de texte : « Les Fleurs du mal » de Baudelaire

Commentaire de texte : « Les Fleurs du mal » de Baudelaire

15.00 / 20
Publié le 13 déc. 2012 - Donne ton avis

Annale bac : « Les Fleurs du mal » de Baudelaire

Cette année 2012, ce sont des étudiants américains en lycée français et en première L qui ont eu à traiter ce sujet. « Les Fleurs du mal » de Charles de Baudelaire est une œuvre qui s’étudie en deux étapes : une lecture approfondie de l’œuvre, puis une analyse poussée. « La Musique » était le poème proposé aux étudiants de Washington cet été 2012, ils devaient réaliser un commentaire de texte en respectant la démarche apprise en cours. Cependant, il n’en demeurait pas moins un sujet difficile et c’est pourquoi nous mettons à votre disposition cette annale du bac de français. Ce sujet gratuit vous permettra de mieux avancer dans vos révisions et de bien préparer votre Bac L de 2013.

Vous avez déjà travaillé sur « Les Fleurs du mal » de Baudelaire ? Vous n’êtes pas venu ici pour rien. Ce sujet corrigé gratuit va vous permettre de repérer les points qui ne vont pas et de vous focaliser dessus afin d’évoluer au mieux. Que vous prépariez votre Bac L pour 2013 ou que vous vouliez enrichir vos connaissances personnelles, cette annale du bac de français est l’occasion rêvée pour s’entraîner au maximum à l’élaboration d’un commentaire de texte.

Utilisez ce document pour vous aider, inspirez-vous en et surtout mettez-y du votre pour apporter une dimension personnelle à votre travail. Vous pouvez si vous le désirez l’utilisez uniquement comme support de correction lors de vos révisions du bac. Quoiqu’il en soit, le Bac L de 2013 arrivera plus vite que vous ne le pensez. Mais ne paniquez pas pour autant ! Si vous avez bien été attentif en cours et si vous vous êtes entraîné à réaliser un commentaire composé, tout se passera pour le mieux.

Photo de profil de Superdoc
Fiche rédigée par
Superdoc
74 téléchargements

Ce document est-il utile ?

15 / 20

Contenu de ce document de Français > Commentaire

Introduction

Poète de génie et amateur de peinture et de musique, Charles Baudelaire célébra dans ses poèmes la beauté de l’art sous toutes ses formes. Publié en 1856 au sein du recueil « Les Fleurs du Mal », le poème « La musique » est ainsi l’occasion pour Baudelaire de décrire les sensations que lui procure cette expression artistique à travers la métaphore d’un voyage en mer. Nous nous pencherons dans un premier temps sur la forme de ce poème dont la structure, le rythme ainsi que les jeux de sonorités participent d’une grande musicalité pour mieux aborder ensuite la tension inhérente à l’expression des sentiments du poète que le spleen menace de rattraper.

1. Un poème musical

1.1. Un jeu rythmique

Ce poème se divise en deux tercets et trois quatrains avec une alternance entre alexandrins et vers à 5 syllabes. Baudelaire prend des libertés avec la forme du sonnet qu’il adapte à son sujet pour en dégager une rythmique bien particulière. En effet, les trois premières strophes présentent une structure identique tandis que la quatrième, tel un miroir inversé, intervertit le positionnement des vers. Cette soudaine rupture rythmique qui marque le passage du mouvement régulier et sonore des flots à celui du silence est accentuée par la ponctuation du dernier alexandrin, découpé en quatre parties de trois syllabes chacune. On peut donc constater dans ce poème un savant mélange entre harmonie rythmique et déstructuration qui a pour but d’attirer l’attention de l’auteur sur la dernière strophe.

1.2. Une structure en trois temps

Ce poème est composé de trois phrases qui le structurent en autant de parties, à la manière d’un morceau de musique. La première phrase qui se situe au vers 1 fait office d’ouverture et indique, en accord avec le titre, le thème développé dans le poème. La seconde phrase allant du vers 2 au début du vers 13 constitue quant à elle le cœur du texte et gagne en force au fur et à mesure de son développement pour laisser place à un final silencieux dans les deux dernier vers qui marquent la fin du morceau et le retour au silence.

1.3. Des sonorités mélodieuses

On constate dès le premier vers une allitération en « m » qui reprend la lettre initiale des thermes « musique « et « mer » pour mieux accentuer le parallélisme que Baudelaire établit entre ces deux mots : « La musique souvent me prend comme une mer ! ». Les trois premières strophes du poème présentent des rimes croisées avec une reprise de la rime « oile » aux vers 2 ,4,6,8 ; forme d’écho mélodieux qui rappelle le lecteur à l’immensité maritime. On peut également observer une assonance en « a » au treizième vers : « D'autres fois, calme plat ». Baudelaire se sert ainsi dans ce poème de la musique des mots pour signifier l’harmonie sonore à laquelle il aspire.

2. L’expression des sentiments du poète

2.1. Les mouvements de la mer comme analogie des sentiments du poète

L’ensemble du poème est marqué par le mouvement saisissant et envoutant de la métaphore maritime dont le poète épouse les variations: « La musique souvent me prend comme une mer ! ». La ponctuation exclamative souligne ici la puissance attractive du mouvement marin dans lequel l’auteur se jette à corps perdu. Grisé par un puissant sentiment de liberté, il ne cherche pas à lutter contre le mouvement qui l’emporte mais épouse au contraire les assauts maritimes. Le champ lexical du corps jalonne ainsi le poème et met en avant l’état de communion entre le poète et la mer. « La poitrine en avant et les poumons gonflés », il se tient comme une figure de proue devant l’immensité de la mer et se laisse bercer par le rythme des vagues. L’allusion à la nuit au vers 7 et 8 montre quant à elle la primauté de la sensation sur celle de la vision. Loin de constituer un handicap, le voile nocturne permet au poète de mieux s’accorder au mouvement des flots :

« J'escalade le dos des flots amoncelés

Que la nuit me voile ; »

Cet état de communion avec la mer est une nouvelle fois souligné lorsque le poète compare son état à celui d’un bateau :

« Je sens vibrer en moi toutes les passions

D'un vaisseau qui souffre ;

Le bon vent, la tempête et ses convulsions

Sur l'immense gouffre »

Le voyage entreprit est avant tout celui du cœur et réveille les émotions contrastées du poète qui passent de l’euphorie au spleen. Une fois l’extase de la tempête passée, l’étendue plate de l’eau devient ainsi le miroir de son désespoir.

2.2. Une tension omniprésente entre spleen et idéal

On retrouve dans ce poème l'opposition entre spleen et idéal qui structure « Les Fleurs du Mal ». Le « plafond de brume » et le « vaste éther » opposent ainsi dans un même vers désir d’envol et limites spatiales. L’élan heureux du voyage imaginaire se confronte dès le début à l’inévitable spleen qui finit toujours par ronger l’auteur. La chute de ce poème résonne comme une fatalité : au dynamisme du voyage succède l’angoissant calme de la mer qui rappelle l’auteur à ses tourments. L’enjambement présent aux vers 11 et 12 avec le rejet du verbe « me bercent » souligne la brutalité de cette transition entre extase et désespoir. Contrairement aux idées reçues, la tempête n’est pas synonyme d’angoisse mais d’apaisement pour le poète qui est bercé par le mouvement des vagues. Des mots à résonnance négative tels que « souffre », « convulsions » ou encore « gouffre » sont ainsi tempérés par des termes mélioratifs tels que « passion », « bon vent » et « me bercent ». La passion, bien que violente et porteuse de souffrances reste préférable à l’angoissant calme du spleen.

Conclusion

Grâce à une forme savamment étudiée, le poème de Baudelaire célèbre avec musicalité l’objet de son hommage tout en invitant le lecteur à un voyage sensitif. La musique se traduit ici en images et fait de ce poème un espace synesthésique propice à l’expression des sentiments de l’auteur. Rattaché à la section « spleen et idéal », « La musique » se place ainsi dans la lignée de l’œuvre Baudelairienne en révélant le déchirement auquel est en proie l’auteur, sans cesse tiraillé entre élans euphoriques et désespoir mélancolique.


9 commentaires


fanny1209
fanny1209
Posté le 31 juil. 2015

interessant

julia-fdl
julia-fdl
Posté le 31 mars 2015

Très bon commentaire !!

fassib
fassib
Posté le 20 mars 2015

j'ai beaucoup apprécier la façon dont il prend pour mener a bien son devoir et vraiment est très remarquable . grâce a cet exemplaire j'ai pu m'initier au commentaire et vraiment merci.

fatou2013
fatou2013
Posté le 27 janv. 2015

très bon travail

sarahrd
sarahrd
Posté le 20 janv. 2015

Commentaire très bien construit et efficace

lolo13430
lolo13430
Posté le 2 janv. 2015

très bon commentaire. une structure très efficace et très condensée.

je le conseille vivement

hobeka
hobeka
Posté le 22 janv. 2013

c'est un bon commentaire que j'ai bien apprécié sincerement çà m a aidé beaucoup a comprendre la methodologie.merci encore ce commentaire des fleurs du mal de baudelaire que j'admire vraiment.j'ai maintenant un apperçu sur la methode de commentaire grace à ce bon commentaire de baudelaire.bravo!

issam merzagua
issam merzagua
Posté le 17 déc. 2012

Très bon exposé qui rend compte de l'évolution de facebook dans le temps et dans l'espace, et ce a travers des chiffres précis. Une présentation synthétique de facebook mais où l'on retrouve les éléments essentiel.
Concernant le powerpoint celui-ci est clair et donc facile a comprendre et permet une compréhension de tous. cc

Aladinette
Aladinette
Posté le 13 déc. 2012

Merci beaucoup pour cet excellent commentaire de texte sur le poème "La Musique". Ce poème extrait des "Fleurs Du Mal" m'a beaucoup attiré dans ma jeunesse. J'aime vraiment beaucoup ce que Baudelaire a fait ! Un très bon auteur, je lui dit bravo ! Il est vraiment très bon. Et Bravo à vous aussi pour nous donner des docs comme ça !

Il faut être inscrit pour télécharger un document

Crée un compte gratuit pour télécharger ce document

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte