Commentaire sur le sonnet de louise labé 1555

Commentaire sur le sonnet de louise labé 1555

LOUISE LABE (1524 – 1566) SONNETS – 1555 « Tant que mes yeux pourront larmes épandre … » Tant que mes yeux pourront larmes épandre A l’heur passé avec toi regretter , Et qu’aux sanglots et soupirs résister Pourra ma voix, et un peu faire entendre , 5 Tant que ma main pourra les cordes tendre Du mignard luth, pour tes grâces chanter, Tant que l’esprit se voudra contenter De ne vouloir rien fors que toi comprendre , Je ne souhaite encore point mourir. 10 Mais quand mes yeux je sentirai tarir, Ma voix cassée, et ma main impuissante, Et mon esprit en ce mortel séjour Ne pouvant plus montrer signe d’amante, Prierai la Mort noircir mon plus clair jour. XIV. « Tant que mes yeux… » sonnet de Louise Labé (1524-1566)

Contenu du document > Français > Commentaire

Plan :

I/ Un sonnet rigoureusement agencé 1/ Les parallélismes 2/ Les oppositions II/ Un poème d’amour 2/ le thème de l’amour 3/ Le thème de la mort III/ Une célébration de l’expression : 1/ Prédominance du champ lexical de l’expression 2/ L’expression semble donc vitale 3/ Ce lyrisme est original

Les avis sur ce document

MeriemC
14/ 20
Pas mal pour un commentaire , moi j'aurais plus parler tu pouvais dire que la poetesse est representer comme une nouvelle orphée , car tous les attribut d'orphé aparaissent , elle chante l'amour au risque de disparaitre on peut faire referance au mignard luth ligne 6
par - le 12/02/2012

Je m'inscris

Accéder directement au site

Pour donner votre avis sur ce document, vous devez être membre de digiSchool Documents

Si ce n'est pas encore fait ?

Inscrivez-vous !

ou Identifiez-vous :


Mot de passe oublié ?
Besoin d'aide