Sociologie des médias

Sociologie des médias

Publié le 27 mars 2011 - Donne ton avis

1. Qu’est-ce que la sociologie ? Il ne faut pas confondre le journalisme avec la sociologie du journalisme. Même les métajournalistes (=journalistes qui commentent et critiquent leur confrères). Sociologie du journalisme analyse les parcours du journaliste etc. Etude sociologique du rôle du journaliste. Ce qui fait une différence entre une science de la société et une autres approche : lire logique de raisonnement rigoureuse à partir de données empiriques fiables afin de comprendre la réalité. La sociologie en tant que discipline académique Discipline : matière, domaine qui se propose de dégager des lois sociales qui s’imposent aux individus. C’est une discipline dans le sens où il y a des moyens, des locaux. Constituée aussi de méthodes, de théories, d’AR, des acquis. Un risque lié à l’existence de discipline : cloisonnement trop prononcé entre les différentes disciplines (ex : psycho/socio). Car la réalité sociale est pluridimensionnelle donc il n’y a pas de raison de s’enfermer dans une discipline. Donc quand on étudie une réalité sociale, il faut prendre en compte plusieurs aspects : économique, sociologique, psychologique, géographique. 2. Exigence intellectuelle C’est donc un métier. Ca exige des savoirs faire ca ne s’improvise pas. On ne peut pas expliquer le vécu sans connaître. Il y a aussi une dimension forte de travail intellectuel mais aussi du travail manuel. Il faut aller au contact des gens : rencontrer, et donc se déplacer, savoir écouter et savoir poser les ? On recueille des données empiriques : toutes les informations concrètes les plus fiables complètes possible. 3. Caractéristiques des sciences sociales La satisfaction des sciences sociales est contestée par des philosophes, qui ont la posture platonicienne > le mythe de la caverne. Certains sont réticents à voir la lumière, la réalité sur notre société. Il peut y avoir des intérêts à laisser les gens ignorants. Ce que nous apprenne les sciences sociales sur la réalité peut apparaître comme dangereux pour la société économique. Cela pourrait permettre à des jeunes d’être moins dupes donc on pourrait plus dominer. 3.1. Contestations possibles : Tout individu dont les intérêts sociaux sont différents des résultats des sciences sociales tentent de contester la qualité scientifique de ces résultats. « La sociologie touche a des intérêts, parfois vitaux. On ne peut pas compter sur les patrons, les eveques ou les journalistes pour louer les scienficité de travaux qui dévoilent les fondement cachés de leur domination et pour travailler à en divulguer les résultats » Pierre BOURDIEU Ex : Il n’existe pas de rubrique journalistique consacrée aux sciences sociales alors qu’il en existe pour les sciences naturelles (sauf sciences humaines). Le subjectivisme : c’est de considérer chaque individivu humain comme doté d’une singularité irréductible, seul l’individu humain peut s’expliquer. Il n’y a pas de régularité dans la société. Il n’y a que désir, volonté de l’individu. Certaines personnes refusent même que les humains puissent faire l’objet d’enquêtes. C’est l’idée que nous serions tous inclassables, inexplicables. Il y rejet du « postulat déterminisme » > rejet d’un principe selon lequel nous sommes déterminés à agir, penser etc. Donc on se dirige vers des éléments individuels (liberté, volonté) ou de coincidence (le hasard, le mystère, les astres, la génétique). Le positivisme : le fait pour les sciences sociales de vouloir immiter les sciences physiques et naturelles. Ex : on estime qu’il ne peut y avoir de sciences sociales sans quantification. Danger > l’experimentation or en sciences sociales il est quasiment impossible de faire des expérimentations. Les choses ne sont jamais toutes choses égles par ailleurs on ne peut pas refaire deux fois la même expérimentation. Attention ! Aux chiffres comme signes extérieurs de scientificité. Le fait d’avancer un chiffre ne veut pas dire que c’est fiable. Le matériau humain : Epistémologie : etude des conditions d’une découverte scientifique avec plusieurs perspectives possibles : - philosophie de la science - l’histoire des sciences sociales et des techniques - la méthodologie Une des conditions pour les sciences sociales : autonomie intellectuelle du chercheur. Seule préoccupation des chercheurs : faire évoluer la science. Les sciences sociales partagent (=ont des points communs) une partie de l’épistémologie des sciences physiques mais elles ont en plus une épistémologie propre. L’un des éléments qui explique cette situation c’est qu’on a affaire à un « matériau humain », donc très complexe. Une méthode pour contourner l’expérimentation impossible préconiser par Durkheim : La comparaison. Comparer deux situations en fonction d’un indicateur qui bouge, et voir si les situations changent et sont pareilles. Démissioner ? Abdiquer de toute ambition de faire progresser le savoir. Certains chercheurs sont tentés de céder à cette démission. Plusieurs manières : - on ne chercher plus - on déclare qu’on ne peut pas y arriver > Self defeating prophecy - on protège une théorie obselète (ex : modèle cybernétique, Abraham Moles) - s’isoler dans un créneau très étroit de recherche (Hyperspécialisation : on étudie toute sa vie un tout petit objet)
Photo de profil de gatiou
Fiche rédigée par
gatiou
39 téléchargements

Ce document est-il utile ?

-- / 20

Contenu de ce document de Social > Sociologie

Plan :

Première partie : Introduction 3 1. Qu’est-ce que la sociologie ? 3 2. Exigence intellectuelle 3 3. Caractéristiques des sciences sociales 3 3.1. Contestations possibles : 3 Deuxième partie : Méthodes & Techniques 6 1. Les techniques d’enquêtes 6 1.1. Techniques adaptées 6 1.2. 2 Exemples de techniques 6 1.3. Fiabilité des données 7 1.4. Combinaison obligatoire 7 1.5. Les sondages 7 1.6. Le questionnaire 8 1.7. La documentation 8 1.8. Les archives en ligne 8 2. Les méthodes 8 2.1. 1ère méthode : induction/déduction 8 2.2. 2ème méthode : la comparaison dans les sens sociales. 8 2.3. 3ème méthode : le raisonnement analogique 9 Troisième partie : Sociologie des journalistes 10 1. Avant la loi du 29 mars 1935 10 1.2. Définition du journalisme 10 1.3. La convention collective 11 1.4. Place de « la » déontologie 11 1.5. Principes solennels 12 1.6. Une profession dite ouverte 12 2. Les écoles de journalisme 14 3. Les sociétés de rédacteurs. 15 4. Les mythes professionnels des journalistes 17 4.1. La démarche adoptée : Il s'agit de rassembler des travaux effectués. 17 4.2. La définition du concept 18

2 commentaires


Dagrou Casimir KESSIE
Dagrou Casimir KESSIE
Posté le 26 juil. 2016

Il est bien de faite comment faire avec les médias, en tant que groupe social.

zedjasmin
zedjasmin
Posté le 9 août 2015

Bon travaille

Il faut être inscrit pour télécharger un document

Crée un compte gratuit pour télécharger ce document

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte