RÔle de la communication dans la dynamisation de la mutualite de sante en cote d’ivoire

RÔle de la communication dans la dynamisation de la mutualite de sante en cote d’ivoire

Publié le 3 mars 2011 - Donne ton avis

INTRODUCTION Les objectifs du Millénaire pour le Développement, définis par la Déclaration du Millénaire de septembre 2000, figurent au programme du partenariat entre pays développés et pays sous-développés, visant à créer, d’ici l’an 2015, tant au niveau national que mondial, un climat propice au développement et à l’élimination de la pauvreté . Ces objectifs, au nombre de huit, se présentent de la manière suivante : 1.) Réduire l'extrême pauvreté et la faim ; 2.) Assurer l'éducation primaire pour tous ; 3.) Promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes ; 4.) Réduire la mortalité infantile ; 5.) Améliorer la santé maternelle ; 6.) Combattre le VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies ; 7.) Préserver l’environnement ; 8.) Mettre en place un partenariat mondial pour le développement. Dans le cadre de notre mémoire, notre choix s’est porté essentiellement sur les trois objectifs n° 4, 5 et 6, car à sept ans de 2015 de nombreux pays africains continuent malheureusement de présenter des indicateurs sanitaires préoccupants. C’est le cas de la Côte d’Ivoire qui fait l’objet de ce travail. Pays situé entre le Tropique du Cancer et l’Équateur, la Côte d’Ivoire a une superficie totale de 322 462 km2. Elle est limitée au Nord par le Mali et le Burkina Faso, au Sud par l’océan Atlantique, à l’Est par le Ghana, à l’Ouest par le Libéria et la Guinée. Le pays bénéficie d’un climat tropical humide, avec des températures oscillant en moyenne autour de 28°C, qui favorise le développement d’une végétation luxuriante dans le Sud. Le sol de la Côte d’Ivoire « est relativement riche, et favorise l’agriculture (…) » Malgré de grands atouts, force est de constater la faiblesse des indicateurs sanitaires du pays. En effet, bien que le PIB soit considérable (16 029 millions de dollars US), les dépenses de santé opérées par l’Etat ivoirien font à peine « 6,2% » de ce PIB en 2004. Les indicateurs sanitaires de la Côte d'Ivoire sont négatifs : « le taux de contamination de la population par le virus du SIDA atteint 10% de la population générale, soit plus d'1 million d'adultes et 100000 enfants contaminés. (…). Ils ne doivent cependant pas masquer d'autres indicateurs tout aussi préoccupants: un taux de mortalité infanto-juvénile (enfants décédés avant l'âge de cinq ans) de 12,3‰, un taux de mortalité maternelle (décès de la mère en cours de grossesse, à l'accouchement ou jusqu'à 42 jours après l'accouchement) de 597 pour 100 000 naissances vivantes » . Le paludisme, la tuberculose et la rougeole constituent principalement les autres affections de santé. La malnutrition et l'anémie chez les enfants de moins de cinq ans atteignent de fortes proportions à Abidjan, respectivement « 18,8 pour 1000 (moyenne nationale de 7,5 pour 1000) et 28,2 ‰ (moyenne nationale de 11,7‰) ». Le coût de l'hospitalisation est trop élevé pour le pouvoir financier de l'Ivoirien moyen. Concernant le revenu de ce dernier, on note que le Revenu National Brut par habitant est de « 870 dollars en 2006. » Cette situation de pauvreté ne manque pas d’attirer l’attention des organisations internationales. En effet, « le PNUD depuis quelques années et conformément à son engagement de promouvoir le développement humain durable a inscrit la réduction de pauvreté comme axe majeur de son assistance en Côte d'Ivoire. Cet engagement est renforcé par l’accroissement de la pauvreté en Côte d’ivoire. En effet, les conditions d’existence des populations déjà précaires, se sont détériorées avec la situation de crise que vit le pays depuis septembre 2002 ». A travers toutes ces informations, on peut conclure qu’il existe des problèmes relatifs au fonctionnement des structures sanitaires d’une part et des problèmes relatifs à la faiblesse du pouvoir d’achat des populations d’autre part. Nous nous sommes focalisés sur le pouvoir d’achat car, étant généralement faible, il empêche les couches défavorisées d’adhérer aux assurances et aux mutuelles de santé. Ainsi, faute de moyens, elles n’ont pas accès aux soins de santé et ne sont pas non plus protégées par les assurances ou par les mutuelles de santé. Face à cette situation mettant en péril leur vie, nous avons voulu travailler sur le thème suivant : « Rôle de la communication dans la dynamisation de la mutualité de santé en Côte d’Ivoire ». A travers ce thème, nous voulons montrer le rôle que peut jouer la communication dans le développement social de la Côte d’Ivoire. Pour ce faire, nous voulons élaborer et proposer un projet de mutualité de santé dans lequel peuvent être insérées les couches défavorisées dans la mutualité, en dépit des indicateurs défavorables du pays. Suite aux résultats préliminaires fournis par nos recherches documentaires, nous avons travaillé essentiellement sur les couches suivantes : les agriculteurs, les artisans et les personnes sans emploi. Notre étude s’articulera en trois grandes parties : - la première partie du mémoire est divisée en deux chapitres, le premier concerne la spécification de la problématique et le second porte sur le cadre méthodologique de notre travail ; - la deuxième partie est également divisée en deux chapitres, portant respectivement sur la présentation des résultats d’enquêtes et sur les systèmes de couverture ivoiriens ; - la troisième partie est agencée de la manière suivante : un chapitre portant essentiellement sur la question de la redynamisation de la mutualité ivoirienne et un autre chapitre portant sur un projet de communication pour le changement de comportement à l’endroit des agriculteurs. Puisque notre sujet met en relation la mutualité de santé et la communication, notre méthodologie va conséquemment se bâtir autour d’un corpus diversifié d’ouvrages relatifs à la mutualité, à l’Information-Education-Communication (IEC), à la Communication pour le Changement de Comportement (CCC), à la communication pour le développement. Notre méthodologie nécessitera également la lecture de revues et articles de presse ainsi que la consultation de l’Internet. Il nous faudra aussi interroger un ou plusieurs responsables de structures mutualistes afin : - d’obtenir des informations sur les structures dont ils ont la charge ; - de connaître leurs opinions de professionnels sur notre projet de mutualité. Nous constituerons ensuite des échantillons de mutualistes pour prendre connaissance des rapports d’ordre communicationnel les unissant aux mutuelles auxquelles ils ont souscrit ainsi que leurs opinions sur le projet de mutualité que nous voulons initier. Dans le même ordre d’idée, nous avons aussi prévu de questionner quelques personnes issues des couches sociales défavorisées pour connaître leurs avis et suggestions quant à leur insertion dans la mutualité de santé.
Photo de profil de victor86
Fiche rédigée par
victor86
13 téléchargements

Ce document est-il utile ?

-- / 20

Contenu de ce document de Social > Sciences sociales

Plan :

Dédicace………………………………………………………………………………..………..ii Remerciements………………………………….. …………………………………………….iii Sigles et abréviations………………………………………………………….……………….iv Introduction……………………………………………………………………………………...1 PREMIERE PARTIE : CADRE THEORIQUE ET METHODOLOGIQUE…………..5 Chapitre I/ La spécification de la problématique 5 I/-1- Justification du choix du sujet 5 I/-1-1- Motivations personnelles 5 I/2- Identification et formulation du problème 12 I/3- Questions de recherche 17 I/-4- Enoncé des objectifs de recherche 18 I/4-1- Objectif général 18 I/4-2- Objectifs spécifiques 18 I/-5- Formulation des hypothèses de recherche 19 I/5-1- Hypothèse principale 19 I/5-2- Hypothèses secondaires 19 I/-6- Revue de la littérature 20 I/6-1- Ecrits empiriques 20 I/6-2- Ecrits théoriques 26 I/-7- Cadre de référence théorique 35 Chapitre II/ Le cadre méthodologique 38 II/-1- Description des paradigmes explicatifs 38 II/-2- Description des techniques de collecte des données 39 II/-2-1- Les techniques de recherche quantitatives 39 II/-3- Description du milieu, de la population et de l’échantillon 40 II/-3-1- Le milieu 40 II/-3-2- La population 41 II/-3-3- L’échantillon 43 II/-4- Description du déroulement de la collecte des données 44 II/-5- Description du plan d’analyse des données 46 DEUXIEME PARTIE : LES SYSTEMES DE COUVERTURE IVOIRIENS ET LES RESULTATS D’ENQUETES 47 Chapitre III/ Présentation des systèmes de couverture ivoiriens 47 III/-1- Les régimes publics et les régimes d’assurance volontaire 47 III/-1-1- Les régimes publics 47 III/-1-2- Les régimes d’assurance volontaire 48 III/-2- Présentation de quelques mutuelles de santé ivoiriennes 49 III/-2-1- La Mutuelle Générale des Fonctionnaires et Agents de l’Etat, le Fonds de Prévoyance Militaire et le fonds de Prévoyance de la Police Nationale 49 III/-2-2- Les mutuelles rurales et l’Assurance Maladie Universelle 56 Chapitre IV/ Présentation et discussion des résultats 58 IV/-1- Présentation et discussion des résultats en recherche quantitative 58 IV/-1-1- Présentation des résultats des enquêtes des agriculteurs, des artisans et des personnes sans emploi 58 IV/-1-2- Présentation des résultats d’enquêtes des mutualistes et des responsables de mutuelles de santé 69 IV/-2- Discussion des résultats en recherche quantitative 76 IV/-2-1- Discussion des résultats d’enquêtes des agriculteurs, artisans et personnes sans emploi 77 IV/-2-2- Discussion des résultats d’enquêtes des mutualistes et des responsables de mutuelles de santé. 83 TROISIEME PARTIE : DE LA NECESSITE DE REDYNAMISER LA MUTUALITE DE SANTE EN CÔTE D’IVOIRE 86 Chapitre V/ Le projet « Caisse Communautaire de Solidarité » et la présentation des nouvelles stratégies de communication 86 V/-1- La présentation du projet « Caisse Communautaire de Solidarité » 86 V/-1-1- Présentation des organes de la Caisse Communautaire de solidarité 86 V/-1-2- Présentation du mode de fonctionnement des mutuelles au sein de la Caisse Communautaire de Solidarité. 88 V/-2- Elaboration des stratégies de communication pour garantir le contact entre les mutuelles de santé et leurs souscripteurs 100 V/-2-1- Une stratégie de communication pour permettre au mutualiste de mieux connaître ses prérogatives et l’ensemble des prestations fournies par sa mutuelle 101 V/-2-2- Une stratégie de communication pour permettre à la mutuelle de connaître les besoins réels de ses souscripteurs 104 Chapitre VI/ Les agriculteurs face aux enjeux de la communication pour le changement de comportement 106 VI/-1- Elaboration d’un plan d’action de CCC et techniques de communication pour le changement de comportement 106 VI/-1-1- Démarche d’élaboration d’un plan d’action de communication pour le changement de comportement 106 VI/-1-2- Techniques de communication pour le changement de comportement 108 VI/-2- Conception et élaboration des messages, étapes du changement de comportement 109 VI/-2-1- Conception et élaboration des messages 109 VI/-2-2- Etapes du changement de comportement 110 CONCLUSION 116

1 commentaire


Berth
Berth
Posté le 21 mai 2015

Très intéressant

Il faut être inscrit pour télécharger un document

Crée un compte gratuit pour télécharger ce document

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte