Les classique et les néoclassique

Les classique et les néoclassique

Publié le 12 mars 2011 - Donne ton avis

I) Les classiques A) SMITH La valeur d’une marchandise signifie deux choses en même temps : - l’utilité de cette marchandise = la valeur d’usage - la faculté que donne la possession de cette marchandise d’acheter d’autres marchandises = la valeur d’échange La plupart du temps, les deux valeurs vont dans le même sens. Smith choisi comme tous les classiques la valeur d’échange comme vrai valeur d’une marchandise. La division du travail donne naissance à l’échange car chaque homme ne produit par son travail que de quoi satisfaire une petite partie de ses besoins. A travers de son exemple de la manufacture d’épingles, Smith montre la division des taches qui sera ensuite reprise par Taylor. La main invisible : selon Hobbes, l’homme est par nature mauvais. Plus les hommes sont méchants et plus la société va bien. S’il le pouvait, à la moindre contrariété, l’homme tuerait. Il va transférer son agressivité dans un lieu où tous les coups sont permis, où au lieu de tuer physiquement, il va tuer commercialement : le marché. Le consommateur va bénéficier d’un plus et s’en trouvera ravi sans que cela soit l’objectif des commerçants. Cela ne sert donc à rien de gérer le bien être de la société.
Photo de profil de Saad32
Fiche rédigée par
Saad32
6 téléchargements

Ce document est-il utile ?

-- / 20

Contenu de ce document de Gestion > Contrôle de gestion

Plan :

I) Les classiques A) SMITH B) RICARDO C) MARX II) Les néoclassiques (marginalistes) L'école néoclassique la valeur le calcul de la marge

2 commentaires


erziqui
erziqui
Posté le 14 avr. 2015

merci

erziqui
erziqui
Posté le 14 avr. 2015

merci

Il faut être inscrit pour télécharger un document

Crée un compte gratuit pour télécharger ce document

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte