Opérations de financement d’acquisition d’entreprises par endettement : véritable levier de croissance pour les entreprises marocaines ?

Opérations de financement d’acquisition d’entreprises par endettement : véritable levier de croissance pour les entreprises marocaines ?

Publié le 17 mars 2011 - Donne ton avis

« Alors que sa phase d’investissement n’est entamée que depuis un an, North Africa Venture Capital Fund (NAVCF), géré par BMCE Capital invest, filiale de BMCE Bank, a déjà épuisé le tiers de son capital cible de 335 millions de dirhams. En effet, ce fonds précurseur au Maroc des opérations de Leverage Buy Out (rachat d’entreprise avec levier d’endettement) vient de porter son capital à 114 millions de dirhams suite à une nouvelle injection de 53,7 millions de dirhams effectuée par ses actionnaires qui comptent parmi eux de prestigieux institutionnels marocains (RMA Watanya, etc.) et étrangers (la Banque Européenne d’Investissement, la banque française CIC, etc.). La vie éco 16 novembre 2007 « Le capital investissement semble encore avoir de beaux jours devant lui. La société Mobilia, spécialisée dans la distribution de meubles en kit et d’articles d’intérieur, a fait récemment l’objet d’un LBO (Leveraged Buy Out). Celui-ci consiste en l’acquisition de 100% des actions de Mobilia, via un holding spécialement créé pour l’occasion. Bmce Bank a financé partiellement l’opération, en association avec Capital Invest, qui est, pour rappel, une jointventure entre BMCE, Siparex et CIC Finance. L’effet de levier a été utilisé, puisque le LBO implique un endettement conséquent. A noter que Capital Invest avait effectué sa première opération LBO en juillet 2007, par l’acquisition majoritaire d’une société dans l’agroindustrie. Le LBO a bénéficié d’un montage bien ficelé. Il aura permis à l’ensemble des intervenants du projet de tirer profit de la stratégie d’acquisition, qui a été mise en place tout au long de ces dernières années. Le tour de table de Mobilia a été institutionnalisé, via l’entrée du fonds Capital North Africa Venture (CNAV) dans l’actionnariat. Pour rappel, le fonds CNAV est particulièrement dédié à des opérations minoritaires et des investissements majoritaires dans le cadre de rachat d’actions, effectuées sous forme de LBO. La capacité d’investissement de Capital Invest est de 1 milliard de DH. Elle est représentée par le fonds CNAV ainsi que par Capital Morocco, un autre fonds dédié à des prises de participation minoritaires dans des sociétés à fort potentiel de développement. L’Economiste 27 juin 2008 Telle est l’actualité qui rythme la sphère financière et le monde des affaires au Maroc. Depuis la mise en oeuvre de l’ajustement structurel, le Royaume du Maroc a connu une double évolution sur :  Le plan économique, à travers la politique d’encouragement des PME ce qui permet :  La mobilisation de l’épargne privée à des fins productives ;  La rationalisation de la production industrielle par la diminution des coûts ;  La lutte contre le chômage, etc.  Le plan juridique à travers :  La réforme du cadre législatif, concernant pour l’essentiel le droit des affaires ;  L’ouverture sur l’extérieur et l’encouragement des investisseurs étrangers. 7 Ce contexte est favorable au développement des PME, mais se caractérise par l’ouverture sur l’extérieur et expose celles-ci à une vive concurrence. Pour garantir la pérennité de ces PME il est nécessaire (i) d’assurer leur croissance ou (ii) leur transmission dans les meilleures conditions. Les entreprises peuvent évoluer par croissance interne ou externe. La première implique l’extension des investissements initiaux. Dans le cas de la croissance externe, l’expansion se fait par la recherche de partenariats ou alliances avec d’autres entreprises. C’est ainsi que le choix entre la croissance interne et la croissance externe amène l’entreprise à choisir entre la création d’entreprises nouvelles et l’acquisition d’entreprises existantes. Dans les deux cas, l’investissement initial est très élevé. Les coûts d’exploitation par contre, sont plus élevés dans le cas de création d’une entreprise. Trois raisons sont avancées pour justifier le choix de l’acquisition d’entreprise existante au lieu de créer une nouvelle société :  Le gain de temps (disposer immédiatement d’un marché, de personnel, etc.) ;  La réalisation d’économies d’échelle ;  La réduction des risques liés à l’incertitude caractérisant l’investissement nouveau. Aussi, le vieillissement de la population des chefs d’entreprise et la conjoncture actuelle qui limite les chances pour une firme d’accroître sa taille critique de façon interne, obligent une croissance externe.
Photo de profil de kotex
Fiche rédigée par
kotex
47 téléchargements

Ce document est-il utile ?

-- / 20

Contenu de ce document de Gestion > Comptabilité

Plan :

PLAN Remerciements Introduction Partie I : Présentation des opérations de «Buy-Out » Section I : Qu’est ce qui caractérise les opérations de «Buy-Out» ? I. Définitions et approche historique 1. DÉFINITIONS 2. NAISSANCE ET EVOLUTION DES LBO II. Typologie des opérations de « Buy-Out » 1. LEVERAGE MANAGEMENT BUY OUT (LMBO/MBO) 2. LEVERAGE MANAGEMENT BUY IN (LMBI/MBI) 3. OPERATIONS HYBRIDES: BIMBO,MEBO, LBU III. Principes d’un montage LBO 1. L’EFFET DE LEVIER FINANCIER 2. L’EFFET DE LEVIER FISCAL 3. L’EFFET DE LEVIER JURIDIQUE IV. Principaux acteurs 1. LES INVESTISSEURS EN FONDS PROPRES 2. LES PRETEURS SENIORS ET JUNIORS 3. LES MEZZANERS 4. LE MANAGEMENT DE L’ENTREPRISE Section II : Justificatifs et facteurs d’échecs et de réussite d’une opération de LBO I. Justificatifs du recours à une opération LBO 3 1. LA MODIFICATION DE LA GEOGRAPHIE DU CAPITAL DES ENTREPRISES FAMILIALES 2. STRATEGIE DE DESINVESTISSEMENT DES GRANDS GROUPES 3. UNE TECHNIQUE DE PRIVATISATION 4. UN INSTRUMENT DE SORTIE DE LA BOURSE II. Facteurs de réussite et risques d’échec 1. LES CONDITIONS DE MISE EN PLACE DE L’OPERATION 2. LES FACTEURS INHERENTS A L’OPERATION DE LBO 3. LE FACTEUR JURIDICO-FISCAL 4. LE FACTEUR FINANCIER 5. FACTEURS PROPRES AU MONTAGE FINANCIER. : ARCHITECTURE ET NIVEAU D’ENDETTEMENT 6.LE FACTEUR MANAGERIAL Partie II : Opérations de LBO au Maroc : Section I : Contraintes et potentiel I. La requête des fonds propres pour financer la transmission et le développement des entreprises marocaines 1. LA PROBLEMATIQUE DE TRANSMISSION AUMAROC 2. LES LBO POUR LE DEVELOPPEMENT DES PME II. Une spécialisation croissante des fonds d’investissement au Maroc : un phénomène annonciateur du développement des LBO au Maroc 1. NAISSANCE ET DEVELOPPEMENT DU CAPITAL INVESTISSEMENT AU MARO 2. TYPES DE CAPITAL INVESTISSEUR 3. ETAT DES LIEUX DE L’INDUSTRIE DU CAPITAL INVESTISSEMENT A FIN 2008 Section II : montage LBO : Opportunités, limites et pistes d’optimisation I. Un contexte des affaires encourageant 4 1. UN SECTEUR BANCAIRE EN PLEINE RESTRUCTURATION 2. UN CAPITAL HUMAIN FAVORABLE 3. MOUVEMENT DES GROUPES MAROCAINS VERS LE RECENTRAGE 4. SUPPORT AUX OPERATIONS D’ACQUISITION D’ENTREPRISE II. Pistes d’optimisation 1. OBJECTIFS ET LIMITES DE L’OPTIMISATION DU MONTAGE JURIDIQUE ET FINANCIER D’UN LBO 2. ALTERNATIVES JURIDIQUES, FINANCIERES ET FISCALES POUR L’OPTIMISATION DES MONTAGE DE LBO Partie III : Examen d’un montage financier LBO I. Les préalables au montage financier 1. SOURCING DE L’OPERATION 2. ANALYSE STRATEGIQUE DE LA CIBLE 3. LE DIAGNOSTIC STRATÉGIQUE 4. DIAGNOSTIC FINANCIER DE LA CIBLE 5. L’APPROFONDISSEMENT DE L’ANALYSE 6. LE CLOSING DU DEAL II. Cas pratique 1. PRESENTATION DE LA SOCIETE CIBLE 2. SYNOPTIQUE SECTORIELLE SUR L’ACTIVITE DU TOURISME AU MAROC 3. HYPOTHESES DU BUSINESS PLAN 4. VALORISATION DE LA SOCIETE CIBLE 5. MONTAGE DE L’OPERATION A. ARCHITECTURE GLOBALE DE L’OPERATION B. DONNEES FINANCIERES DE L’OPERATION CONCLUSION

1 commentaire


meriemjedidi
meriemjedidi
Posté le 11 févr. 2015

interessant

Il faut être inscrit pour télécharger un document

Crée un compte gratuit pour télécharger ce document

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte