Le tailleur de pierres de Saint-Pont - Alphonse de Lamartine

Le tailleur de pierres de Saint-Pont - Alphonse de Lamartine

Publié le 1 juin 2016 - Donne ton avis

Le tailleur de pierres de Saint-Point est un roman d’Alphonse de Lamartine. Il a été publié pour la première fois en 1851. Le récit se déroule à la campagne, principalement à Saint-Point, à l’époque où il a été écrit.

Retrouvez cette fiche de lecture ainsi que toutes les autres dans la partie cours de français.
Photo de profil de digiSchool documents
Fiche rédigée par
digiSchool documents
12 téléchargements

Ce document est-il utile ?

-- / 20

Contenu de ce document de Français > Fiche lecture

Partie 1 : Les personnages principaux

  • Claude
  • Claude est un homme authentiquement bon, mais son existence est terriblement dure. Amoureux de Denise, il a laissé son frère aveugle l’épouser, en raison de la volonté de leur mère. Il se réfugiera avec foi dans la prière et l’amour de Dieu.

  • Denise
  • Denise est amoureuse de Claude, mais la mère de celui-ci veut qu’elle épouse son frère, Gratien. Elle s’y résigne, mais en souffre terriblement. Elle donne le change auprès de Gratien, afin qu’il soit heureux, et prie tous les jours pour que Claude aille bien.

  • Gratien
  • Gratien est le frère aveugle de Claude. Il se marie avec joie avec Denise. Lorsqu’il comprend, après des années, le sacrifice fait par son frère et elle, il en meurt de chagrin.

  • La mère de Claude et de Gratien
  • La mère des deux frères est une femme qui, voulant bien agir, a commis une erreur qui entraînera des conséquences malheureuses pour toute sa famille.


    Partie 2 : Le résumé de l'histoire

    Claude aime la belle Denise qui le lui rend bien. Cependant, la mère de Claude veut que Gratien se marie avec elle. Claude et Denise se plient à cette volonté. Denise épouse Gratien. Claude est dévasté, mais il souhaite le bonheur de son frère. Alors il décide de quitter le domicile familial et d’aller travailler dans d’autres lieux. Il s’en va pendant des années dans de nombreux coins de France. Ajouté au chagrin qu’il éprouve de ne pouvoir vivre aux côtés de Denise, il souffre du mal du pays. Lorsqu’il revient sur ses terres, il n’a pas vu ses proches et sa maison depuis huit ans. Il n’a pourtant pas cessé de penser à eux et à son pays natal. Il aimerait savoir ce qu’ils deviennent, les voir, mais il craint que sa présence ne perturbe le bien-être de la maisonnée familiale.

    Étant comme attiré par une force qui le dépasse, il ne peut s’empêcher de se rapprocher de la maison. Il rencontre par hasard celui qu’il connaissait comme étant l’ancien idiot du village. Il troque ses beaux vêtements contre les siens, de très mauvaise qualité. Ainsi, il pourra s’approcher discrètement de son domicile, sans être reconnu.

    Il décide de s’y rendre à la tombée de la nuit. Le chien sent son odeur et lui fait la fête. Il l’attire de plus en plus près de la maison, sans faire de bruit. Claude se cache derrière une fenêtre. Il aperçoit Denise. Son visage et son corps sont marqués par le chagrin, mais il la trouve encore plus belle que dans ses souvenirs. Deux enfants ne cessent de la suivre dans la pièce.

    Claude remarque que l’escabeau de sa mère au coin du feu est vide. Le coffre à sel et le sac de farine de blé noir sont installés dessus. Il comprend que sa mère ne sort plus de sa chambre. Elle doit être malade ou très affaiblie. Il voit en outre que le petit trépied sur lequel son frère s’asseyait tous les soirs est renversé, les pieds en l’air. Par ailleurs, son bâton d’aveugle, qu’il tenait toujours entre ses jambes, est rangé avec les manches à pioche. Claude saisit ainsi que son frère est mort. Il pleure.

    Il revient de nouveau à la fenêtre et observe Denise prier avec ses enfants. Elle adresse à la fin une pensée pour Claude et les enfants aussi. Il en est bouleversé. Lorsque les habitants de la maisonnée s’endorment, il ne sait pas quoi faire. Sa seule certitude est qu’il ne parvient pas à repartir. Il finit par s’allonger, convaincu que le chant du coq le réveillera bien assez tôt pour quitter les lieux avant que ses proches ne le voient.

    Seulement Claude dort d’un sommeil de plomb. Ni les bruits des animaux, ni le soleil, ni les rires des enfants ne le réveillent. Soudainement, il entend les enfants près de lui. Ils demandent à leur mère qui il est. Il a le visage recouvert et ne sait pas quoi faire pour ne pas être démasqué. Denise suggère aux enfants de le laisser tranquille. Claude est touché, il reconnaît la bonté de celle qu’il aime, car elle traite bien ce qu’elle croit être un homme de passage épuisé. Quelques minutes s'écoulent, puis le visage de Claude se dévoile. Denise tombe presque à la renverse. Claude est très gêné de se montrer ainsi, en haillons, devant elle. Il lui fait comprendre qu’il ne s’agit pas de ses propres vêtements et Denise est rassurée pour lui. Il fait connaissance avec les enfants avec qui il s’amuse, puis retrouve sa mère.


    Partie 2 : Le thème abordé

  • La générosité
  • Claude aura vécu une existence marquée par le malheur. Pourtant, il ne s’est jamais plaint et a toujours adopté un comportement admirable. Notamment grâce à sa foi et sa grande force de caractère, il a su transformer son chagrin en générosité. Malgré tous les événements tristes qui l’ont fait souffrir, sa générosité et sa bonté l’ont toujours emporté. Ces qualités ont fait de lui un homme bon, aimé et respecté par son entourage.

    Il faut être inscrit pour télécharger un document

    Crée un compte gratuit pour télécharger ce document

    Je m'inscrisOU

    J'ai déjà un compte

    Je me connecte