L'écume des jours - Boris Vian

L'écume des jours - Boris Vian

Publié le 1 juin 2016 - Donne ton avis

L’écume des jours est un roman qui possède la particularité de conter l’histoire de plusieurs personnages dans un cadre complètement surréaliste. Il a été écrit par Boris Vian et il est paru en 1947.

Retrouvez toutes les autres fiches de lecture dans la partie cours de français.
Photo de profil de digiSchool documents
Fiche rédigée par
digiSchool documents
31 téléchargements

Ce document est-il utile ?

-- / 20

Contenu de ce document de Français > Fiche lecture

Partie 1 : Les personnages principaux

  • Colin
  • Colin est le personnage principal. Jeune homme qualifié de beau par ses amis, il est amoureux de Chloé. D’un naturel aimant, il fera tout son possible pour gagner de l’argent et offrir des fleurs à Chloé quand elle tombera malade.

  • Chloé
  • Chloé est une jeune femme qui tombe amoureuse de Colin. Elle souffre d’un mal étrange : un nénuphar croît dans son poumon et l’empêche de respirer convenablement.

  • Nicolas
  • Nicolas est le talentueux cuisinier de Colin et l’oncle d’Alise. Il est très attiré par les femmes qui le lui rendent bien.

  • Alise
  • Alise, la nièce de Nicolas, est une jolie jeune femme. Elle est en couple avec Chick, l’ami de Colin. Elle souffre de l’addiction de Chick à l’oeuvre de Jean-Sol Partre.

  • Chick
  • Chick est l’ami de Colin et le compagnon d’Alise. Il est obsédé par les écrits de Jean-Sol Partre qui représentent une véritable drogue à ses yeux. Il dépense tout son argent pour acquérir ses derniers ouvrages. Il s’attire ainsi des dettes auprès des impôts qu’il ne pourra rembourser et qui feront le malheur d’Alise, se sentant insignifiante à côté de cette marotte.

  • La petite souris
  • Une petite souris accompagne les personnages dans le récit et ces derniers lui consacrent la même attention qu’à un être humain.

    Partie 2 : Le résumé de l'histoire

    Colin mange avec son complice Chick tandis que Nicolas leur a fait la cuisine. Nicolas leur explique comment sortir et préparer une anguille du robinet et les deux amis le félicitent pour la qualité de son plat.

    Chick présente Alise à Colin, qui est également la nièce de Nicolas. Colin regrette que Chick l’ait vue en premier, car il la trouve très belle et aurait bien aimé se rapprocher d’elle. Chick ne veut pas les laisser seuls ensemble : il a conscience que Colin est beau garçon.

    En se rendant à une fête avec ses amis, Colin rencontre Chloé. Ils se plaisent mutuellement et flirtent naturellement et avec légèreté. Colin demande à Chloé sa main. Ils se marient.

    Chloé tombe malade. Un docteur, dénommé le professeur Mangemanche, vient l'examiner. Il est circonspect sur l’état de la jeune fille qui tousse beaucoup. Un nénuphar est présent et pousse dans son poumon. Colin fait de son mieux pour veiller sur Chloé tandis que leurs amis leur rendent régulièrement visite. Colin, qui ne travaille pas, n’a plus d’argent pour offrir des fleurs à Chloé et s’occuper d’elle. Il vend dans un premier temps des objets, dont son piano. Il cherche un nouvel emploi, mais il participe à un entretien d’embauche qui se déroule mal. Il est traité de fainéant et renvoyé comme un malotru sans réelle raison justifiée.

    Chick est de plus en plus obsédé par Jean-Sol Partre. Il assiste à toutes ses conférences et s’endette pour s’acheter ses oeuvres. Alise est désespérée par cette addiction. Elle est malheureuse de voir Chick ainsi. Elle en parle avec Colin, elle regrette de ne pas l’avoir rencontré en premier, car il lui aurait plu aussi.

    Chick se fait renvoyer pour une raison plutôt incongrue. Il continue ses dépenses inconsidérées. Colin trouve, lui, des emplois de toutes sortes. Il travaille autant que possible pour aider Chloé. La jeune femme se fait enlever son nénuphar, mais un autre repousse dans ses poumons. Plus Chloé souffre, plus son domicile devient sombre et ses pièces varient en forme et en taille.

    Nicolas est tellement triste de voir son entourage avoir de la peine qu’il ne veut pas partir de chez Colin, même si ce dernier ne peut plus le rémunérer. Colin l’exhorte à trouver un autre emploi pour gagner sa vie, mais Nicolas y rechigne, il aspire à les aider. Nicolas est si désemparé qu’il a vieilli d’une dizaine d’années.

    La situation empire : Chloé devient mourante tandis qu’Alise et Chick se séparent. Alise va rencontrer Jean-Sol Partre en lui demandant de ne pas terminer son ouvrage, afin que Chick ne puisse l’acheter et s’endetter encore plus. Jean-Sol Partre refuse et Alise l’informe qu’elle va le tuer. Elle s'exécute à l’aide de son arrache-coeur. Elle se rend ensuite chez les libraires vendant les livres de Partre et les assassine en incendiant leurs commerces.

    Les sénéchaux de la police viennent chercher Chick, car il a des dettes fiscales colossales. Chick tente de les supprimer, mais ils se défendent et le mettent à terre. Ils s’occupent de régler son cas définitivement en le tuant.

    Nicolas part à la recherche de sa nièce et retrouve son corps dans une librairie brûlée. Le cuisinier sait que les décès de Chick et Alise entraîneront leur absence aux funérailles de Chloé. Chloé décède et Colin n’a pas les moyens de financer un enterrement digne de ce nom pour sa chère et tendre. Il est obligé de payer pour un « enterrement de pauvre » et la cérémonie est vraiment difficile à supporter.

    La petite souris régulièrement présente aux côtés des personnages discute avec un chat. Elle exige qu’il lui croque la gorge, elle veut se suicider. Le chat n’en a pas vraiment envie, mais la souris insiste, car elle ne supporte plus de voir un homme sur une planche se rapprocher tous les jours de l’eau en regardant un nénuphar, attendant qu’il soit assez près pour le tuer. Le chat accepte, il lui propose de mettre sa tête entre ses dents et de tendre sa queue en patientant jusqu’à ce que quelqu’un lui marche dessus. Onze petites filles aveugles venant de l’orphelinat s’approchent.


    Partie 2 : Le thème abordé

  • La distorsion de la réalité
  • L’écume des jours est un roman comportant des personnages, avec des attitudes plus ou moins rationnelles, une intrigue – les personnages font connaissance, certains s’aiment, se déchirent et d’autres meurent –, mais il n’est pas un ouvrage conventionnel. En effet, tous les éléments entourant la trame du récit sont issus d’une certaine distorsion de la réalité. Chaque détail et chaque description laissent place à une invention venant de l’imagination fertile de l’auteur : les anguilles sortent des robinets, les chats parlent aux souris, les nénuphars poussent dans les poumons et sont mortels… De nombreux passages peuvent illustrer ce parti pris. En voici quelques-uns :

    « Prenez un andouillon que vous écorcherez malgré ses cris. Gardez soigneusement la peau. Lardez l’andouillon de pattes de homard émincées et revenues à toute bride dans du beurre assez chaud. Faites tomber sur glace dans une cocotte légère. Poussez le feu, et sur l’espace ainsi gagné, disposez avec goût des rondelles de riz mitonné. Lorsque l’andouillon émet un son grave, retirez prestement du feu et nappez de porto de qualité. »

    « — Faites attention en entrant, dit-il, c’est rond. — Oui, j’ai l’habitude, dit Mangemanche. Elle est enceinte… — Mais non ! dit Colin. Vous êtes idiot. La chambre est ronde. — Toute ronde ? demanda le professeur. Vous avez joué un disque d’Ellington alors ? — Oui, dit Colin. »

    « Cent mètres plus loin, ils commencèrent à sentir l’odeur des anesthésiques, qui, les jours de grand vent, parvenait parfois plus loin encore. La structure du trottoir changeait. C’était maintenant un canal large et plat, recouvert de grilles de béton à barreaux étroits et serrés ; sous les barreaux coulait de l’alcool mélangé d’éther qui charriait des tampons de coton souillé d’humeurs et de sanies, de sang quelquefois […] Un oeil roula sur lui-même, les regarda quelques instants et disparut sous une large nappe de coton rosâtre et molle comme une méduse malsaine. »

    Ces étrangetés font entièrement partie du récit et y apportent une grande poésie faite de sons, de formes, de couleurs et d’irréalité. Le côté surréaliste des scènes décrites par Vian offre une dimension rêveuse et riche à son propos, qui n’est pas sans rappeler l’imagination de l’enfance. Certains éléments constituent des clins d’oeil du romancier. Il met notamment en avant le jazz de Duke Ellington, il fait un parallèle à l’engouement contemporain relatif à Jean-Paul Sartre (Chick et son obsession pour Jean-Sol Partre) et rend hommage à la sensualité des femmes à travers ses personnages.

    1 commentaire


    abshami
    abshami
    Posté le 22 nov. 2016

    Merci beaucoup

    Il faut être inscrit pour télécharger un document

    Crée un compte gratuit pour télécharger ce document

    Je m'inscrisOU

    J'ai déjà un compte

    Je me connecte