La comédie du langage - Jean Tardieu

La comédie du langage - Jean Tardieu

20.00 / 20
Publié le 9 janv. 2014 - Donne ton avis

Poète et auteur dramatique, Jean Tardieu est un écrivain français qui renouvela par l’originalité de son œuvre la dramaturgie contemporaine. Fervent amateur des jeux de langage, son théâtre est marqué par des dialogues d’un atypisme humoristique. En 1987, il écrit « La comédie du langage » œuvre singulière composée de plusieurs pièces éclairs parmi lesquelles « Il y avait foule au manoir ».
Photo de profil de Superdoc
Fiche rédigée par
Superdoc
26 téléchargements

Ce document est-il utile ?

20 / 20

Contenu de ce document de Français > Commentaire

Introduction

 

L’extrait que nous allons étudier est issu de cette dernière pièce et constitue une scène d’exposition originale dans laquelle un détective présente l’intrigue qui va suivre. Nous nous pencherons dans un premier temps sur la dimension déroutante de cet extrait pour mieux aborder ensuite son effet sur les spectateurs.

 

I) Une présentation déroutante

 

a) Un dialogue artificiel

 

La situation dans laquelle débute la scène est inhabituelle. En effet, un homme seul en scène s’adresse directement au public et se présente à lui : « Je me présente : je suis le détective privé Dubois ». Mais encore, le détective Dubois-Dupont annonce précisément ce qu’il va se produire dans la suite de la représentation: « Le crime – car il y aura un crime – n’est pas encore consommé ». Le spectateur est mis face à une fausse situation de communication.

 

Bien que l’emploi du pronom personnel de première personne et de deuxième personne ne laisse aucun doute quant à la situation d’énonciation, le détective sur scène se contente surtout de poser des questions purement rhétoriques. Son rôle est avant tout de placer et de présenter l’action.

 

b) Un personnage farfelu

 

Au-delà de l’étrangeté de la situation, le personnage du détective est également déroutant. En effet ses phrases semblent n’avoir ni queue ni tête et échapper à toute logique. L’explication du pseudonyme du détective est particulièrement déconcertante : « je suis le détective privé Dubois. Surnommé Dupont, à cause de ma ressemblance avec le célèbre policier anglais Smith. » Les didascalies précisent elles-mêmes l’incongruité de ce personnage vêtu de manière ridicule et caricaturale. Mais encore, Dubois-Dupont semble lui-même perdu quant à sa propre identité : « J’ai tellement d’identités différentes ! ».

 

c) Une situation absurde

 

La situation face à laquelle se trouve le spectateur est totalement absurde. Le détective Dupont Dubois est sur les lieux d’une scène de crime avant même que l’incident se soit produit. Personnage omniscient, il ne parvient cependant pas à éclairer la situation tant ses explications sont obscures et incompréhensibles. Les raisons de sa présence sont qualifiées à deux reprises de « mystérieuses ». Toute la situation semble irréaliste tant l’absurde semble poussé à l’extrême.

 

II) L’effet produit sur les spectateurs

 

a) Une scène comique…

 

Le personnage farfelu et caricatural du détective présente une dimension comique incontestable. Mais encore, on peut distinguer dans cet extrait le recours aux trois grands genres de comique. Le comique de mots tout d’abord est exploité à travers les paroles décousues du détective qui fait des associations étranges : « Dubois-Dupont, homme de confiance et de méfiance. Trouve la clé des énigmes et des coffres-forts. Brouille les ménages ou les raccommode, à la demande.

 

Prix modérés. » Le spectateur est amusé de cette présentation hors norme qui défie les règles de la logique. Mais encore, nous pouvons constater le comique de situation de cette scène où Dubois Dupont se conduit avec légèreté et insouciance alors qu’un drame se prépare.

 

Le jeu qu’il instaure en se taisant puis en reprenant la parole pour faire constater au spectateur que la musique s’arrête dès qu’il ouvre la bouche est particulièrement drôle. Enfin, nous pouvons constater le comique de geste du détective dont la sortie caricaturale prête à sourire.

 

b) Qui ménage le suspens

 

L’étrangeté de la scène attire l’attention du spectateur qui se demande instantanément à quel genre de spectacle il est en train d’assister. Plus l’attitude du détective est déroutante, plus le public cherche à démêler le vrai du faux et s’interroge sur la suite de l’histoire. L’effet de surprise ménagé par Tardieu vise à piquer la curiosité du spectateur pour mieux le faire accrocher à l’histoire. L’annonce d’un crime participe également à entretenir un certain suspens : aura-t-il réellement lieu ou non ?

 

La complicité du public est sollicitée dès le début de la pièce et pousse ce dernier à s’investir d’avantage dans son déroulement. Il s’agit d’un pacte implicite qui participe à créer un effet d’attente mais aussi à ménager le suspens.

 

Conclusion

 

C’est à travers une scène d’exposition particulièrement originale que Jean Tardieu s’attache à informer le spectateur sur l’intrigue qui va suivre tout en ménageant le suspens. L’étrangeté de la situation qui échappe à tous les codes traditionnels se veut une exagération par l’absurde de l’aspect factice du théâtre, véritable monde d’illusions ou le spectateur est invité à se perdre.

2 commentaires


zimoum90
zimoum90
Posté le 11 nov. 2015

merci

Laforcedupanda
Laforcedupanda
Posté le 9 janv. 2014

voilà un document bien complet ! je n'arrivais pas à trouver un commentaire de ce texte c'est chose faite grâce à vous ! merciiiiiiiiii

Il faut être inscrit pour télécharger un document

Crée un compte gratuit pour télécharger ce document

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte