Suppression des départements

Suite à la révolution française de 1789, l'assemblée constituante divisa la France en 83 départements, par les lois du 4 et 26 mars 1790. L'idée était d'éviter la montée des particularismes et des nationalismes locaux (Bretons, Corses...) pour renforcer l'unité de la France. Les départements furent définis avec le temps comme des collectivités territoriales françaises décentralisées et déconcentrées, puisqu'ils sont administrés par un conseil général autonome, et représentent une circonscription administrative dirigée par un représentant de l'Etat, le préfet. Mais depuis les choses sont devenues de plus en plus complexes et coûteuses, puisque le nombre d'entités territoriales n'a cessé d'augmenter : les communes (Ancien Régime), les cantons (1789), les régions (1955), les communautés de communes (1992), les communautés d'agglomérations (1999), sans oublier les 130 départements que l'on compte à ce jour.
5 téléchargements

Noter ce document

-- / 20

Contenu de ce document de Droit > Constitutionnel

Plan :

I _ La rationalisation des collectivités territoriales Au départ le rapport Attali suggérait la suppresion des départements afin d’éviter les doublons avec les régions, qui ne faisaient qu'alourdir les dépenses publique et renforcaient l'inefficacité de ces collectivités. II _ La fin de la démocratie de proximité
5 téléchargements

Il faut être inscrit pour télécharger un document

Crée un compte gratuit pour télécharger ce document

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte