La vie quotidienne des soldats de la première guerre mondiale

La vie quotidienne des soldats de la première guerre mondiale

Publié le 8 avr. 2014 - Donne ton avis

Si ce thème était abordé dans le cadre d’un dossier d’épreuve, le travail d’écriture pourrait être celui-ci :


Ecrivez une lettre en vous mettant dans la peau d’un Poilus. Cette lettre sera à destination d’un ami ou d’un amour ou d’un parent… Vous raconterez l’enfer que vous vivez au combat et au quotidien.


Vous devrez respecter le genre littéraire de la lettre amicale. Votre texte devra faire au moins 30 lignes.


Les documents possibles pour un tel sujet :

  • Le tableau d’André Devambez qui montre les tranchées, peint en 1915
  • Des témoignages de Poilus
  • Un texte sur les revendications des soldats
  • Un discours sur les Gueules cassées
  • Le tableau d’Otto Dix, les joueurs de skat
  • Un extrait du film « un long dimanche de fiançailles » de Jeunet
  • Une photographie d’un objet sculpté dans les tranchées

Ce ne sont là que des propositions. Tous ces documents sont accessibles sur le web.

Photo de profil de Superdoc
Fiche rédigée par
Superdoc
8 téléchargements

Ce document est-il utile ?

-- / 20

Contenu de ce document de Documents types > Divers

Plan :

I. Introduction

1914 – 1918 : La guerre des tranchées. On l'appelle aussi la Grande Guerre car au départ les soldats pensaient qu'elle durerait moins longtemps. D'un côté la France, le Royaume-Uni et la Russie (Triple Entente) et de l'autre l'Allemagne, l'Autriche Hongrie et l'Italie (Triple Alliance). A la fin de la guerre, les Etats-Unis viennent aider la France et le Royaume-Uni. L'Italie va même changer de camp pour se battre aux côtés de la Triple Entente.


Les combats ont lieu dans toute l'Europe. Cependant, les principaux combats ont lieu en France, à l'est, dans ce que l'on appelle les tranchées. Aujourd’hui, les historiens étudient de plus en plus les fronts en Europe de l’Est. Toutefois, ce dossier ne traitera que de la Guerre localisée en Europe de l’Ouest.

II. Les tranchées, l'enfer

C'est un tableau peint par André Devambez, peintre militaire chargé de reproduire de façon fidèle la réalité du champ de bataille. Il est donc très réaliste. Il est la représentation fidèle d’une tranchée.


Les Poilus, nom des soldats, témoignent de l’horreur qui règne dans ces champs de combat. Les conditions sont épouvantables. Les soldats vivent au milieu de la boue, des animaux immondes qui profitent de la crasse ou du manque d'hygiène. La peur des bombardements joue sur les nerfs des soldats. Enfin, les odeurs sont irrespirables.

III. Son humanité mise à mal

Certains Poilus qui vont tout faire pour pouvoir rentrer chez eux : mutilations, fuite, désertion… Des mutineries apparaissent. Les plus instruits (il faut rappeler que la plupart des soldats ont une instruction très faible) vont prendre les choses en mains et vont s’organiser pour protester dans la légalité. Ils vont le faire au nom de la dignité humaine.

IV. Et après, que sont devenus nos héros ?

Les Gueules Cassées ne retrouvent pas une vie « normale » après les combats. Ils passent du statut de héros à celui de dénigré de guerre. Une complicité s'est installée entre eux. Même si c'est un choc psychologique pour les soldats, ils sont reconnaissants envers les personnes qui leur ont permis de sortir dans la rue sans avoir à se cacher, et notamment les infirmières.


La meilleure illustration de ces figures de la Première Guerre Mondiale est certainement le tableau d’Otto Dix, les joueurs de Skat. Il montre les Gueules Cassées en train de jouer à un jeu de carte. Il exprime de cette façon le fait que les Gueules Cassées ont pu refaire les mêmes choses qu'avant, une fois handicapés.


Il faut être inscrit pour télécharger un document

Crée un compte gratuit pour télécharger ce document

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte