Analyse financière et diagnostic stratégique de l'entreprise

Analyse financière et diagnostic stratégique de l'entreprise

12.00 / 20
Publié le 27 mars 2011 - Donne ton avis

Analyse financière et diagnostic stratégique de l'entreprise Introduction L'analyse financière d'une société ne peut être dissociée d'un diagnostic stratégique la concernant. En effet l'environnement dans lequel se trouve l'entreprise (marché, concurrence…) ainsi que ses caractéristiques propres (forces et faiblesses) permettront de préciser l'analyse qui sera faite à partir des comptes. Parfois même c'est le diagnostic stratégique qui expliquera certaines informations du bilan ou du compte de résultat. Ce diagnostic pourra également servir en termes de prospective. En effet, dans le cadre d'évaluation de sociétés, l'analyse stratégique permettra de mieux apprécier les évolutions du marché sur lequel évolue l'entreprise ainsi que les meilleurs choix en terme de financement, de diversification…. Pour cela il est donc essentiel de commencer toute analyse financière par un diagnostic stratégique. Nous aborderons donc deux points dans cette note:  Le diagnostic stratégique de la société étudiée,  L'analyse financière de la société. 1. Le diagnostic stratégique. a) Les outils Afin de réaliser un diagnostic stratégique relatif à une société, plusieurs outils existent. La plupart du temps il s'agit de matrices permettant de confronter les atouts et les faiblesses de la société concernée. L'analyse SWOT (pour Strenghs, Weaknesses, Opportunities, Threatens) en est un bon exemple. Il s'agit de fonder le diagnostic stratégique sur la différenciation entre ce qui est interne à l'entreprise et ce qui relève de son environnement. On a donc la classification suivante: Éléments internes Éléments extérieurs Strenghs Opportunities Weaknesses Threatens Les éléments internes à l'entreprise: Il s'agit d'opposer les forces et les faiblesses de l'entreprise. A titre d'exemple, les forces de l'entreprise peuvent être sa renommée, ses compétences techniques ou technologiques, son ou ses produits, le style de management…Ces faiblesses seront par exemple une main d'œuvre vieillissante ou mal formée, des problèmes de qualité de production, sa gestion… Cette phase de l'analyse doit prendre en compte l'évolution de l'entreprise et la façon dont le management a lui aussi été modifié. Pour recueillir ses informations, l'idéal est de pouvoir rencontrer les dirigeants de la société mais aussi parfois une partie de son personnel moins qualifié. Les éléments extérieurs: Il s'agit de déterminer ici les potentialités dont dispose l'entreprise sur son marché et les handicaps qui pourraient l'empêcher de croître et qui ne dépendent pas d'elle. Cette phase de l'analyse repose sur l'étude du secteur d'activité de l'entreprise mais aussi sur tous les acteurs susceptibles d'y jouer un rôle. Ceux ci peuvent appartenir à des catégories différentes: - pouvoirs publics: rôle de l'état, organismes régulateurs du secteur… - privés: entreprises concurrentes, partenaires potentiels… - économiques: quelles sont les contraintes qui pèsent sur le secteur, de quelles aides l'entreprise peut elle bénéficier?… - culturels: y a t-il des barrières culturelles dans ce secteur d'activité, comment l'entreprise doit-elle recruter… - normes écologiques… Cette partie de l'analyse peut être réalisée à l'aide d'études portant sur le secteur d'activité de l'entreprise. Les dirigeants de l'entreprise concernée peuvent également apporter des réponses à certaines de ces questions. b) L'analyse Le diagnostique stratégique a deux objectifs: - Comprendre comment a évolué l'entreprise jusqu'au jour ou le diagnostic est fait et repérer ses forces et ses faiblesses. - Préparer le plan stratégique de l'entreprise pour les années à venir et étudier les possibilités de développement de l'activité: diversification, fusions, acquisitions… Pour ce faire il faut déterminer, entre autres, les compétences clés que la société étudiée a mis en place ou qu'elle devra mettre en place pour s'imposer sur son marché. C'est l'analyse interne à l'entreprise qui permet de déterminer ces compétences clés, indispensables à l'entreprise pour créer de la valeur. La partie la plus difficile du diagnostique stratégique demeure la synthèse des informations obtenues durant les recherches. Il faut classer les renseignements obtenus selon la grille d'étude que l'on s'est fixé (matrice SWOT par exemple) puis trier les idées à retenir à l'intérieur de chaque partie du tableau. On peut par exemple garder en tête ce pourquoi on a rédigé ce diagnostic (plan stratégique à long terme, recherche de partenaires, vente…) afin de classer les informations selon ses propres objectifs. Si l'on réalise ce diagnostic dans le but de préparer l'analyse financière de l'entreprise, il n'est pas nécessaire de pousser trop loin ce diagnostic. Mais il faut garder à l'esprit qu'il sera toujours utile afin de prévoir par exemple l'évolution des ventes de la société, les acheteurs potentiels de l'entreprise, les mesures à prendre pour résoudre un problème d'endettement… Si l'on prend l'exemple d'une entreprise qui maîtrise mal son processus de production, les stocks vont sans doute représenter un montant trop important dans le bilan de la société. Cela se verra dans l'analyse financière de la société mais c'est le diagnostic stratégique qui expliquera pourquoi on en est arrivé là (et éventuellement proposer des solutions d'amélioration). Dans le cadre des analyses faites en banques d'affaires il s'agit souvent de trouver les partenaires des entreprises, les investisseurs potentiels…Ceux ci ne s'engageront pas que sur des chiffres, même s'ils sont très bons. Ils doivent avoir une bonne connaissance des perspectives de l'entreprise, de ses modes de fonctionnement et aussi de ses handicaps. Ces éléments peuvent parfois être pris en compte dans la valorisation des titres d'une entreprise, mais pas toujours. Dans ce cas le diagnostic stratégique apporte un éclairage nouveau et complémentaire aux chiffres. 2. L'analyse financière: les ratios à connaître. Cette partie reprend les éléments importants à connaître afin de déterminer les principales informations nécessaires à l'analyse de la situation financière dans laquelle se trouve une société. Les exemples et les termes employés ici renvoient au plan comptable général français de 1982 mais sont facilement adaptables au plan comptable tunisien. a) Généralités L'analyse financière peut se concentrer sur plusieurs domaines concernant l'entreprise. Son cycle de production par exemple (résultat d'exploitation, financement et rotation des stocks, gestion des achats,…), ses performances financières (résultat net et bénéfice, gestion de la trésorerie, dividendes…) mais également ses modes de financement… En fonction des besoins de l'analyste, il conviendra de cerner les points importants à étudier (parfois tous le sont !). Ainsi, tous les ratios qui sont définis par la suite ne sont pas significatifs pour toutes les entreprises: là encore il faut choisir les plus parlants. Les principales étapes de l'analyse financière d'une société sont les suivantes:  Etude des grandes tendances concernant la société (Chiffres d'affaires, résultats d'exploitation, financier et résultat net),  Etude des postes de l'actif,  Etude des postes du passif,  Etude des ratios de synthèse,  Etude de la trésorerie  … Nous allons les aborder une à une. b) Les chiffres clés de l'entreprise Il s'agit ici de regrouper les résultats importants de l'entreprise en terme d'activité commerciale, de résultats financiers ou bien encore de dividendes distribués afin d'étudier leur évolution sur la période concernée. On pourra alors voir si l'entreprise gagne des parts de marché (hausse du CA), si elle dégage des bénéfices et si elle les redistribue à ces actionnaires (dividendes)… On pourra également étudier comment le capital social de la société évolue. Il s'agit de déterminer les grandes tendances qui se dégagent de l'activité commerciale et de ses performances. Pour apprécier l'efficacité dont la société fait preuve dans la conduite de son activité commerciale, on pourra calculer le ratio: Résultat de l'exercice/Chiffre d'affaires HT Ce ratio appelé ratio de marge nette traduit la performance globale de la société. En terme de rentabilité, on s'intéressera au ratio: Résultat de l'exercice/Capitaux propres Appelé également "Return On Investment", ce ratio est l'indicateur de la rentabilité financière de l'entreprise. Enfin, le ratio: Résultat d'exploitation/Actif total est un indicateur de la performance de l'entreprise par rapport à l'actif mis en œuvre pour créer de la valeur. c) Les ratios de structure Ces ratios ont pour objectif de déterminer la façon dont se décompose l'actif et le passif d'une société. Il s'agit notamment de voir quelle place occupent les immobilisations de la société dans son activité (postes de l'actif) ou bien comment la dette de l'entreprise est structurée (postes du passif). Rappelons que l'organisation d'un bilan est telle qu'elle présente les actifs et les passifs de la société des moins "liquides" au plus "liquides": Liquidité - + Actif Passif Immobilisations corporelles, incorporelles… Clients Autres actifs courants Capital social Emprunts Fournisseurs, autres passifs courants Les postes de l'actif Chaque rubrique de l'actif peut être l'objet d'une étude. On notera par exemple:  Immobilisations corporelles nettes/Actif total: cela représente les poids des capitaux fixes dans le patrimoine de la société. Pour les industries lourdes par exemple, où l'intensité capitalistique est forte (besoin d'infrastructures importantes), ce ratio sera élevé. En revanche pour des activités de services (informatique par exemple), ce ratio sera moins élevé.  Stocks et encours/Actif total: ce ratio représente les contraintes technique et économiques qui pèsent sur une société. Il est fonction par exemple du cycle de production du produit. Pour les entreprises de service il est moins élevé que dans l'industrie (parfois proche de 0). On peut également rapporter les stocks et encours au chiffre d'affaires de la société: une société réalisant 100 de CA et possédant 50 de stocks détient en stock l'équivalent de 6 mois de production, ce qui peut être beaucoup trop…  Clients et comptes rattachés/Actif total: ce ratio représente les créances commerciales de l'entreprise. Dans le cas de Tour Opérators par exemple ce ratio est très faible car les clients payent avant de partir en voyage. Si on a affaire à un ratio trop élevé, il faut s'interroger sur les délais de paiement accordé par l'entreprise à ses clients, sur la solvabilité de ses clients…  On peut également s'intéresser au ratio Disponibilités/Actif total, qui représente "l'aisance" de trésorerie de la société (plus le ratio est faible et moins l'entreprise dispose de liquidités) ou bien au ratio Immobilisations financières/Actif total qui indique le poids des immobilisations financières dans l'actif de la société. Les postes du passif L'étude de ces ratios permet d'analyser la structure de la dette de l'entreprise et les possibilités pour elle de financer son activité sous diverses formes. Rappelons ici que la dette d'une entreprise est souvent dissociée dans le temps en dette à court terme (moins d'un an: fournisseurs, concours bancaires, règlements des organismes tels que la sécurité sociale…) et en dette à long terme (dettes à plus d'un an: les emprunts notamment).  Capitaux permanents/Passif total: ce ratio mesure la stabilité du financement de l'entreprise. Les capitaux permanents d'une société sont obtenus en additionnant les postes suivants: Capitaux propres Réserves Provisions Dettes à plus d'un an et emprunts.  Dettes à court terme/Passif total: il permet de mesurer la part des dettes à court terme de l'entreprise dans l'ensemble de son passif. C'est un indicateur de la façon dont est structurée la dette de l'entreprise (répartition long terme/court terme).  Capitaux propres/Passif total: Ce ratio indique l'autonomie de la société en matière de financement. Plus ce ratio est proche de 1 est plus la société assume seule, grâce à ses fonds propres, le financement de son activité (ce qui peut être un handicap).  Dettes à long et moyen terme/Capitaux propres: ce ratio, également appelé "leverage ratio" mesure la capacité d'endettement d'une société. Plus ce ratio tend vers 1, plus les risques de saturation sont importants et plus la société est dans une situation difficile. Ce dernier ratio est très important car il apporte une bonne vision de l'endettement de la société. Dans certains cas la limite sera peut être atteinte, dans d'autre l'étude de ces ratios permettra de restructurer la dette afin d'améliorer les performances de la société. d) Les ratios de synthèse Il s'agit ici d'analyser de manière globale, en confrontant des éléments de l'actif et du passif de l'entreprise, la façon dont la société finance son activité et son autonomie en la manière. Pour ce faire on utilisera notamment les ratios suivants:  Capitaux permanents/Actifs immobilisés nets: cela met en lumière le mode de financement des emplois longs de la société. Si ce ratio est supérieur à 1, cela signifie que l'entreprise finance l'intégralité de ses investissements à l'aide de ressources stables. On peut aussi utiliser le ratio Capitaux propres/Actifs immobilisés nets.  Actifs circulant/Dettes à moins d'un an: à l'aide de ce ratio, on rapproche les liquidités potentielles de l'entreprise et les exigibilités potentielles. Cela permet de connaître les conditions d'équilibre financier à court terme.  Disponibilités/Dettes à moins d'un an: c'est le ratio de trésorerie immédiate de l'entreprise. Il mesure la part des dettes à court terme qui pourraient être instantanément remboursée par prélèvement sur l'encaisse déjà disponible. On retiendra donc que ces ratios permettent de savoir si, par exemple, les actifs liquides de la société permettent de faire face aux dettes à court terme et si l'entreprise finance de manière autonome, à l'aide de ses fonds propres, ses emplois longs. 3. Analyse financière: fonds de roulement, trésorerie, besoin en fonds de roulement, CAF et EBE Il s'agit à présent d'étudier quelques éléments importants caractéristiques de l'activité de l'entreprise et de la valeur qu'elle crée. Nous allons d'abord voir ce qu'est le fonds de roulement et la relation qui existe entre fonds de roulement, trésorerie et besoin en fonds de roulement. Puis nous examinerons à quoi correspondent la capacité d'autofinancement d'une société (CAF) et son Excédent Brut d'Exploitation (EBE), qui servent dans les méthodes de valorisation des sociétés. a) Fonds de roulement: définition Le fonds de roulement correspond au montant des disponibilités nécessaires pour assurer la continuité des paiements courants auxquels l'entreprise doit faire face. Le fonds de roulement "brut" ou "total" correspond à l'actif circulant. Cependant, on corrige généralement ce fonds de roulement "brut" pour obtenir le fonds de roulement "net" qui représente l'excédent des actifs circulant sur les dettes à court terme. Fonds de roulement net (FRN)= Actif circulant – Dettes à court terme On peut représenter le FRN à l'aide d'un schéma de bilan simplifié. On est alors confronté à 3 cas possibles: Cas 1: FRN=0 Cas 2: FRN>0 Cas 3: FRN
Photo de profil de faoir
Fiche rédigée par
faoir
58 téléchargements

Ce document est-il utile ?

12 / 20

Contenu de ce document de Gestion > Finance

Plan :

Introduction 1. Le diagnostic stratégique. 2. L'analyse financière: les ratios à connaître 3. Analyse financière: fonds de roulement, trésorerie, besoin en fonds de roulement, CAF et EBE

2 commentaires


bounia adamou
bounia adamou
Posté le 14 nov. 2015

bon doc

kikim2012
kikim2012
Posté le 28 août 2015

c'est de l'analyse financiere

bravo 

Il faut être inscrit pour télécharger un document

Crée un compte gratuit pour télécharger ce document

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte